Oléo.Transition

la décroissance comme transition post-pétrole

Mots-clés

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Plan D, comme déprime

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 Plan D, comme déprime le Ven 25 Juin - 2:16

Alter Egaux


...



Dernière édition par Alter Egaux le Mar 19 Oct - 9:10, édité 1 fois

2 Re: Plan D, comme déprime le Ven 25 Juin - 9:37

Alter Egaux


Ah oui, une chose qui parait anodine, mais qui ne le sera peut être pas : je me suis mis à l'arc. A 50 mètres, il ne faut pas faire le malin (je pense bien entendu à un lièvre, ou quelque chose de plus gros).

3 Re: Plan D, comme déprime le Lun 28 Juin - 12:38

goeland60

avatar
En plus le tir à l'arc est un exercice très zen (pour l'avoir pratiqué).

(le lièvre ne sera peut-être pas de mon avis, certes).

4 Re: Plan D, comme déprime le Sam 17 Juil - 0:56

Alter Egaux


Je viens de m'apercevoir que les barrage EDF sur mon point de chute constituent un excellent réseau souterrain pour des abris de type anti atomique ou pluie d'astéroïde. Je vais me renseigner cet été pour visiter le réseau et poser quelques questions...

5 Re: Plan D, comme déprime le Lun 2 Aoû - 18:41

~~NéoBio~~

avatar
le poele à granulles c'est bon , ça permet de faire des stock rapidement
malheureusement ensuite tu as raison , faut prévoir un poile gaudin vertical qui permet de mettre une buche qui descend par gravité

de plus ça accepte des buches de grandes taille (donc économique en travail de coupe

le recyclage sera le cadet de nos soucis ne crois tu pas? le photovoltaique c'est bien mais en complément avec des bateries stockées d'avance (j'en ai gardé une stockée pendant 12ans que j'utilise désormais comme une neuve)
en revanche il y a des éoliennes de bateau a rotors a aimants permanents , prévoir des roulements et un arache roulement, démonter la neuve et la graisser à mort

cuisson solaire : à mon avis c'est contraignant car ça ne fonctionnera pas tous les jours et le soir
il faudrait penser "dijester" à mon avis , avec les résidus d'élevages et les toilettes seches c'est possible, seulement il faut également prévoir de confiner ça dans un local (ventilé) isolé pour que la chaleur soir utilisable également pour les betes en cas d'hivers rigoureux (voir météo:températures extreme de votre département : wiki)


dijester:

voici un modele qui fonctionne grace à la gravité le niveau de la petite réserve monte à cause de la pression dans la grosse réserve et on peut donc ajouter des gros cacas sans avoir à ouvrir le tout
on peut même imaginer y relier un wc normal foncionnant à l'eau de pluie

avec un compresseur de chambre froide (groupe ouvert inusable) on peut pressuriser des chambres à air de camion avec le surplus de gaz pour les jours ou l'on récupere le compost
on peut même pressurier des bouteilles de gaz pour rouler avec une voiture à essence
jean pain faisait 100km avec une 2ch citroen

autre dessin plus parlant

traduction google
Le second bit est le miracle de la m_rde, autrement connu comme digesteurs de biogaz. 2008 a vu 3 milliards de RMB de l'argent du gouvernement vont à l'installation de digesteurs de biogaz dans le paquet des ménages de la Chine "vert de stimulation et le gouvernement a fixé un objectif, dont ils sont près d'atteindre, de 40 millions de ces installés d'ici 2010. Alors que les familles rurales déjà passé des heures par jour à ramasser du bois et du charbon (combustibles de santé très sale - polluant terrible à l'intérieur = non non) pour la cuisson, ces digesteurs peuvent fournir une source propre, fiable en combustible directement à la cuisine et extrêmement puissant, mais pas malodorantes , engrais organique pour démarrer

6 Re: Plan D, comme déprime le Mer 4 Aoû - 1:54

toolate


salut
bien vu le biogaz
j'ai cru entendre un jour que le moindre petit village en chine en etait doté
sur un projet complet(ferme biodynamique ou le camping enoncé par ramite) sa pourrais faire l'affaire
qu'en est il pour un projet perso(une famille de 4 a 5)
peut être devrait on déplacer le fil?
par contre considéré que l'on se fout du recyclage c'est considéré que personne ou qu'aucun savoir ne vont durer dans le temps,non?

7 Re: Plan D, comme déprime le Mer 4 Aoû - 3:06

~~NéoBio~~

avatar
dans notre situation c'est juste inutile, d'ailleur les pannaux désocés et remonté en panneaux thermique
c'est du recyclage, mais à present nos choix ne doivent pas etre dictés par ce genre de détails
de toute façon tous les produits s'usent

c'est comme si je n'avais pas en stock un insecticide alors que ma recolte est primordiale pour la survie

il faut surtout penser de façon pragmatique à la survie véritable car on ne sait pas combien de temps durera la crise, surtout si elle nous tombe dessus à cause d'une guerre en iran suivi d'une crise financiere qui semble attendue par certains fous

8 Re: Plan D, comme déprime le Ven 6 Aoû - 3:27

Galipette


Le biogaz pose un dilemme, utiliser les déchets organiques pour fabriquer de l'énergie, ou pour assurer la fertilité de sa terre?
La réponse tombe sous le sens en cas de nécessité autarcique.

9 Re: Plan D, comme déprime le Ven 6 Aoû - 3:41

~~NéoBio~~

avatar
le compostage anaerobi produit du métane mais de temps en temps il faut récupérer le compost qui fin pret pour fertiliser la terre
il y a des infos à ce sujet notament sur wiki Wink

10 Re: Plan D, comme déprime le Sam 7 Aoû - 2:48

Galipette


Sur le lien que tu mentionnes, il est indiqué que la fermentation provoque une:
diminution de la charge en carbone des déchets végétaux
Hors, les végétaux aiment le carbone. Pour exemple, les arbres poussent plus vite depuis quelques années avec l'augmentation de CO2 dans l'atmosphère. Je chercherai les liens si nécessaires, pas le temps là.
Il induit aussi une diminution de la matière sèche.

Cela suppose que la composition des déchets de biogaz est différente de celle du compost.

A voir donc s'il n'y a pas aussi une moindre qualité du fertilisant.

11 Re: Plan D, comme déprime le Sam 7 Aoû - 4:48

Invité


Invité
Bonjour,
Lorsqu'on parle de biogaz, on ne parle pas de fermentation, mais de "digestion".
Lors de ce processus, il y a certes une diminution de la charge en carbone des déchets, et donc des fertilisants, mais il s'agit de fertilisants de sols. Et la perte est au final minime.
Le carbone qu'aiment les plantes est du carbone atmosphérique, et non du carbone minéral, donc qui ne provient pas de la fertilisation des sols. Au contraire, il s'agit de carbone que la décomposition des déchets relache dans l'atmosphère, et ce carbone, relâché lors d'une décomposition, est à peu près équivalent à celui qui est relaché lors d'une digestion, à la différence que le dernier est cours-circuité, et qu'il produira de l'énergie avant de se retrouver dans l'atmosphère.
Donc, aucune crainte à avoir concernant le biogaz, à condition que le système soit bien étanche, car le méthane produit est générateur de 40 fois plus d'effet de serre que le CO2. (mais une fois qu'on le brule, il devient du CO2 et de l'eau)
Smile

12 Re: Plan D, comme déprime le Sam 7 Aoû - 20:13

youyou

avatar
Je n'ai pas compris, ton plan A et ton plan B sont déjà réalisés et opérationnels, ou est ce que ce sont des projets A et B, qui demandent réalisation ?

13 Re: Plan D, comme déprime le Dim 22 Aoû - 20:00

Alter Egaux


youyou a écrit:Je n'ai pas compris, ton plan A et ton plan B sont déjà réalisés et opérationnels, ou est ce que ce sont des projets A et B, qui demandent réalisation ?
Les 2 sont en cours.
Par exemple, sur le plan A, je n'ai plus de gaz et j'attend l'installation du poêle à granule.
Pour le plan B, le projet est démarré depuis 2002. On finit l'isolation.

14 Re: Plan D, comme déprime le Mer 25 Aoû - 23:06

Alter Egaux


Pour info, j'ai fait une pêche (miraculeuse) d'écrevisses (américaine) : une centaine à 2, en quelques heures, même endroit qu'il y a 2 ans. J'ai amélioré ma technique : 65 à moi tous seul. Ce qui a fait un repas gargantuesque pour une bonne dizaine. J'ai aussi pêché la truite, mais les ruisseaux sont de plus en plus ensablés (cause agriculture). Reste les rivières.

15 Re: Plan D, comme déprime le Jeu 26 Aoû - 1:19

supersasa83

avatar
ou ça ,en auvergne?

16 Re: Plan D, comme déprime le Jeu 26 Aoû - 8:43

Alter Egaux


au cap mandou



Dernière édition par Alter Egaux le Mar 19 Oct - 9:11, édité 1 fois

17 Re: Plan D, comme déprime le Mer 1 Sep - 9:08

Alter Egaux


Plan A : le technicien GDF est venu couper le gaz définitivement. J'attend le thermo-poêle qui est commandé, courant septembre...

18 Re: Plan D, comme déprime le Jeu 2 Sep - 21:00

youyou

avatar
Dit moi alter, Ne rechignes-tu pas à tant investir sur ton plan A ?

En effet, part de tes investissements ne seront pas déménageables, si ?

Sur ton plan A, qu'elle est la taille de ton potager ?

J'étais un peu dans ton cas, je travaillais mon plan A (grande maison de village avec petit jardin), mais je me dis, que quoi qu'il arrivent, déplétion lente ou pas, je vais vivre de toute façon dans un futur proche (18 mois-24 mois) à titre définitif dans mon plan B ( fermette 5ha, maraichage/petit élevage et tourisme rural si ça pète pas).

19 Re: Plan D, comme déprime le Jeu 2 Sep - 22:38

Alter Egaux


... zzz



Dernière édition par Alter Egaux le Mar 19 Oct - 9:11, édité 1 fois

20 Re: Plan D, comme déprime le Ven 3 Sep - 2:08

youyou

avatar
Alter Egaux a écrit:
youyou a écrit:Dit moi alter, Ne rechignes-tu pas à tant investir sur ton plan A ?
Au court actuel de la "bourse" immobilière, mon bien vaut actuellement de l'or. Investir dans son lieu de vie, c'est un principe de base : j'ai toujours refait l'intérieur de mes logements. En général, l'acheteur apprécie et la vente se fait rapidement.
Si la production décroit lentement, je suis très préparé sur mon plan A, tant que l'Etat tiens son rang. Plus de fossile en direct (gaz, bouteille de gaz, peu de diesel par an hormis pour me rendre à mon plan B, etc...).
Mais effectivement, je ne pense pas faire certain aménagement que j'aurai fait il y a 10 ans; par exemple, changer de cuisine. Une rapide adaptation de celle existante pour 30 € ont suffit à la rajeunir.
Par contre, un poêle à granule est tout autre : autonomie d'un an (stock d'une ou 2 palette possible), et granules locaux, prix divisé par 3 par rapport au gaz, sans parler de 40% du crédit d'impôt (sortie du fossile) , etc...
Je pense, si je puis me permettre qu'il pêche pour le côté alimentation. En effet, en cas d'augmentation éclair des prix du carburant, même si l'état tiens le coup, il y a des chances qu'il y ai de toute façon rationnement. Et la malnutrition, c'est à mon sens le pire, surtout quand on a des enfants.

Alter Egaux a écrit:
youyou a écrit:En effet, part de tes investissements ne seront pas déménageables, si ?
Le but n'est pas d'abandonner mon plan A, sauf cas extrême lié à la sécurité de ma famille. Peut être un abandon partiel.
J'ai aussi la possibilité de vendre, avec une plus value exonéré d'impôt (bien principal). Les centre ville très bien placé résiste très bien à la crise, bien au contraire. Et le mouvement s'accélère avec le prix du baril soutenu.
Vendre, je n'y croit pas. Je me disais pareil, et puis..... ça peut fluctuer tellement vite, imagine le système bancaire fait comme aux states, sans être soutenu, c'est tout l'immo qui plonge(déjà qu'il a plongé de 30% déjà en étant soutenu).
Et par ailleurs, ton argent tu en fais quoi ? car les prix des biens avec terrain attenant vont monter en flèche, mais vraiment en flèche. (alors qu'aujoud'hui très abordable).

youyou a écrit:
Toute expérience d'un an dans un jardin n'est pas du temps perdu, et puis tu peux prendre les plans vivaces (framboisiers, fraisiers, etc...). Profite de ton petit jardin pour faire des tests, jardin en carré, en pot, expérimentation de graines, de séchages de graines, etc...
Et si ton plan A t'appartient, profite pour faire quelques travaux d'embellissement, pour la future vente.

Bien sûr. Je suis propriétaire depuis 8 ans (remboursé à 70%), et depuis 2 ans fait potager, ce mois ci c'est le poulailler.
Celà dit, j'avais pour projet d'acheter une parcelle de plus à côté, acheter une chaudière bois, un chauffe eau solaire, un fourneau bouilleur, une parcelle de feuillus à 3 kilomètre etc...
Mais viser à rendre plus performant mon plan A, je fini par penser que c'est bête.
Hier j'ai visité ce qui devrait pouvoir être mon plan B. Pas très loin (15km) mais pommé dans les bois (accès par4km de chemin d'une route départementale), 900m2 de bâtiment (3 logements distincts), 6,5 hectares, une source. Celà pourrait être un très bon endroit en cas de crise forte, et même sans crise forte, plein de possibilité (maraichage, verger, petit elevage, gites, table d'hôte etc...)

Bref, je suis en train de remettre en question cette histoire de plan A et plan B. (pour ma part bien sûr, je respecte ceux qui le conservent).

En effet, soit il faut avoir beaucoup de moyens (comme tu sembles en avoir), pour développer en parallèle 2 plans, car le risque de devoir quitter son plan A pour des clopinette voir rien, est assez probable.

Je m'oriente dans l'étude d'un plan alternatif, convenant à tous les scénarios (poursuite d'une économie ou pas), a vue de nez, c'est déjà moins cher.

21 Re: Plan D, comme déprime le Ven 3 Sep - 2:54

~~NéoBio~~

avatar
Vendre, je n'y croit pas. Je me disais pareil, et puis..... ça peut fluctuer tellement vite, imagine le système bancaire fait comme aux states, sans être soutenu, c'est tout l'immo qui plonge(déjà qu'il a plongé de 30% déjà en étant soutenu).
Et par ailleurs, ton argent tu en fais quoi ? car les prix des biens avec terrain attenant vont monter en flèche, mais vraiment en flèche. (alors qu'aujoud'hui très abordable).

donc le prix des maison sans terrain risque de baisser et celui des biens avec terrain va monter en cas de clash

donc vendre maintenant et acheter un bien avec terrain est une super affaire,
aprés la hausse on revend et on se paye avec les bénefices cumulés un gros catamarant (150000€) et un bout de plage aux iles marquises au diocese de polynésie (100000€)
pour y construire une "cabane " de 80m²
waw la survie drunken



je sors jocolor clown

22 Re: Plan D, comme déprime le Ven 3 Sep - 3:01

Alter Egaux


... rara



Dernière édition par Alter Egaux le Mar 19 Oct - 9:11, édité 1 fois

23 Re: Plan D, comme déprime le Ven 3 Sep - 3:27

youyou

avatar
Alter Egaux a écrit:
youyou a écrit:Je pense, si je puis me permettre qu'il pêche pour le côté alimentation. En effet, en cas d'augmentation éclair des prix du carburant, même si l'état tiens le coup, il y a des chances qu'il y ai de toute façon rationnement. Et la malnutrition, c'est à mon sens le pire, surtout quand on a des enfants.
Tu peux te permettre, au contraire, on est là pour jugé aimablement des projets de chacun.
Pour l'alimentation, je vais étendre mon jardin en carré, et en pot. De plus, j'ai un veranda top de 40 m2. Je vais en faire quelques choses, c'est sûr. J'ai un puits pour l'eau, gratuite.
Et bien entendu, mon panier AAMP en légumes, lait, viandes, produits circuits long (riz, etc...), fromage, farine, vins bio etc... me permet d'être peu exposé au pétrole.
Et si je veux, je fais mes courses à pied, au marché, au monoprix, etc...
Non, franchement, je ne pense pas mourrir de faim si l'Etat tiens le coup.
J'ai du mal à te suivre. Tu sais bien que si le pétrole x10, ce n'est pas que le transport à ton travail qui va être problématique, celà va etre le prix des denrées alimentaire, avec ou sans amap (ton amap bien sympa à 15 euros le panier, si la demander exploser en région urbaine, le prix du panier explosera aussi), le monprix portera bien son nom avec un monoprix pour les légumes : 20euros/kg, et un monoprix pour les apports de sucres (farine, sucre) : 100Euros/kilos.
En parallèle, il y aura baisse massive des salaires car réduction drastique de l'activité (style les 20% en moins sur les salaires grecs, mais plus proche du moins 80%).
Et si l'état tiens, il y aura forcément rationnement, en attendant les solutions alternatives (technologie, agriculture paysanne $100 etc...).
Là il me semble pas être dans un "scénario" extrême, je pense que c'est logique, pesé, et même plutôt optimiste (si pétrole x10 bien sûr, là est l'hypothèse).
Donc au final je vois un tableau tristoune. Je le comprend d'autant mieux qu'à échelle moindre(zone résidentielle aux abords d'une grande ville rhone alpes), depuis 2 ans j'imagine une stratégie comme la tienne (sauf que mon plan B, je devais l'acheter cet été, et que je me suis dit que vendre mon plan A me financerait un superbe plan B).

Alter Egaux a écrit:
youyou a écrit:Vendre, je n'y croit pas. Je me disais pareil, et puis..... ça peut fluctuer tellement vite, imagine le système bancaire fait comme aux states, sans être soutenu, c'est tout l'immo qui plonge(déjà qu'il a plongé de 30% déjà en étant soutenu).
En Ile de France, j'ai vendu en février mon bien en 1 mois, avec une baisse de 8 % par rapport au plus haut de 2007. Maintenant, je suis vraiment très bien placé. Si je met le bien au prix du marché, il part en 2 semaines (la pression immobilière est très forte en ile de France).
Bien entendu, le marché immo peut totalement se rétracter, mais tant qu'il n'y a pas une guerre, vendre bas permet aussi d'acheter bas, surtout si je pars de la région parisienne.
Encore faudrait il que tu te mette à le vendre avant l'apparition des soucis. Car dès les soucis commencés, une maison sans terrain vaudra peu. Et surtout beaucoup moins qu'une avec terrain. Donc le pécule faible retiré sera maigre par rapport aux nouveaux prix des terrains.

Alter Egaux a écrit:
youyou a écrit:Et par ailleurs, ton argent tu en fais quoi ? car les prix des biens avec terrain attenant vont monter en flèche, mais vraiment en flèche. (alors qu'aujoud'hui très abordable).
Je n'ai pas d'argent, sauf en cas de vente. Je n'ai donc pas de risque en cas de crash bancaire.
Pour ce qui est d'acheter du terrain, c'est déjà fait avec mon plan B : 9 hect avec des cochons sauvages, des bois, des prairies, des lièvres, des ruisseaux et des truites. Si l'immobilier s'effondre à Paris, il ne sera pas joli joli ailleurs non plus.
Voilà, tu as le plan B, et il a l'air très séduisant. Celà dit, ne regrettera tu pas d'avoir investi dans ton plan A plutot que dans des panneau solaires, éolienne, fourneau à bois, aménagements récup eau pluviales, systèma arrosage (PVC sera rare et cher). etc... pour ton plan B ?
Moi c'est la réflexion qui vient de me faire changer de stratégie.

Alter Egaux a écrit:
youyou a écrit:
Celà dit, j'avais pour projet d'acheter une parcelle de plus à côté, acheter une chaudière bois, un chauffe eau solaire, un fourneau bouilleur, une parcelle de feuillus à 3 kilomètre etc...
Mais viser à rendre plus performant mon plan A, je fini par penser que c'est bête.
C'est vrai que si je savais que je partais dans 2 ans, je ne sais pas si je me lancerais dans une grosse modification, sauf peut être pour le crédit d'impôt, avant que l'Etat y mette fin.
Voilà, on touche à notre différence. Je suis pour ma part absolument certain d'avoir besoin un jour du plan B (quand, je ne sais pas, 6 mois, 2 ans, 5 ans, 15 ans, mes enfants ?).


Alter Egaux a écrit:
youyou a écrit:En effet, soit il faut avoir beaucoup de moyens (comme tu sembles en avoir), pour développer en parallèle 2 plans, car le risque de devoir quitter son plan A pour des clopinette voir rien, est assez probable.
Le corps de ferme en ruine : estimé 150 000 Frs. J'ai mis l'enveloppe d'une voiture neuve pour reconstruire le tout, à 2 foyers (c'est plus facile et 2 fois moins cher). Par contre, on n'a pas chômé pendant les vacances et les RTT. Mais projet bigrement intéressant.
Les moyens, en fait, ils viennent essentiellement des ressources du foyer, 2 salaires. Je n'ai jamais été au chômage sur l'Ile de France, et j'ai dès mon CDI acheté. Le temps a fait le reste : les emprunts se remboursent vite, surtout avec de l'inflation des années 90.
Disons que j'ai été prévoyant, actif, et très travailleur les vacances. Mais j'aurais pu (et dû) acheter à Paris. Là, ce ne serait pas la même chose. Un collègue de boulot a acheté une maison 1 million de francs à Paris, il y a 15 ans. Vendu 1,1 millions d'euros l'année dernière. Ils ont tout lâché, et vivent sans risque hors crash bancaire.
Le problème, c'est que maintenant, c'est dur dur d'acheter à Paris. C'est que pour la bourgeoisie aisé, maintenant, et l'élite mondialiste.
Je me fait cette même reflexion à moindre échelle. J'ai payé un bien 180 000 euros, qui faut le double au bout de 8 ans. Mais clairement, je n'ai pas les moyens d'avoir un plan B autre qu'une ruine et loin (je tiens abolument à rester proche, 15km maxi de ma famille qui est sur place, parent, soeur, et des amis proches)

Tu dis vivre sans risque du crach bancaire, c'est à dire ? des lingots ? Wink
Parceque bien sûr l'argent en banque n'est pas garanti, ou faiblement, et si ils ont investi toute la somme dans une propriété idéale, il doivent bien travailler pour se nourir au jour le jour.

24 Re: Plan D, comme déprime le Ven 3 Sep - 3:55

Alter Egaux


youyou a écrit:J'ai du mal à te suivre. Tu sais bien que si le pétrole x10, ce n'est pas que le transport à ton travail qui va être problématique, celà va etre le prix des denrées alimentaire, avec ou sans amap (ton amap bien sympa à 15 euros le panier, si la demander exploser en région urbaine, le prix du panier explosera aussi)
Le prix x 10 est une supposition limite pour mes vacances, moins de 2 pleins.
Pour l'AMAP, ce n'est pas les qlqs kilomètres qui séparent l'amap du centre ville qui posera problème. Au pire, on est 50 foyers. On va chercher la production à tour de role.
Mon panier est à 9 € (demi panier). Le grand panier, je peux y passer, mais c'est beaucoup trop pour 3. J'ai donc beaucoup de marge, déjà en X2 le panier en quantité.
Le prix du panier est réglementé par les statuts de l'assos. Toute augmentation est fait en AG, sur 3 amap. Le prix ne change pas souvent. Il a changé pour adapter le salaire du producteur, qu'une fois en 3 ans. Il n'y a pas de système de concurrence, c'est hors du marché de l'offre et de la demande. Le prix peut rester le même 10 ans, si le salaire du producteur est correcte. Et nous avons accès au bilan. Tout est transparent. Une amap est un système presque parfait, anticapitaliste et hors marché.
Le prix bougera, certes, mais en cohérence avec les dépenses du producteurs.

youyou a écrit:depuis 2 ans j'imagine une stratégie comme la tienne (sauf que mon plan B, je devais l'acheter cet été, et que je me suis dit que vendre mon plan A me financerait un superbe plan B).
Tu n'es pas dans mon cas, effectivement. J'ai totalement financé mon plan B. Et je ne te cache pas que son existence rend pas situation psychologique stable. A n'importe quel moment, je peux m'y rendre. Aprés une demi journée de nettoyage, le lieu est opérationnel.

youyou a écrit:Encore faudrait il que tu te mette à le vendre avant l'apparition des soucis. Car dès les soucis commencés, une maison sans terrain vaudra peu. Et surtout beaucoup moins qu'une avec terrain. Donc le pécule faible retiré sera maigre par rapport aux nouveaux prix des terrains.
J'ai pas mal de terrain, très bien exposé. Et un contrat AMAP, en cas de cata alimentaire, cela peut valoir de l'or. Vendre, ce n'est pas la première fois que je le fais, il faut être serein. Et je n'ai pas besoin de vendre, sauf si je modifie mon plan A.

youyou a écrit:
Voilà, tu as le plan B, et il a l'air très séduisant. Celà dit, ne regrettera tu pas d'avoir investi dans ton plan A plutot que dans des panneau solaires, éolienne, fourneau à bois, aménagements récup eau pluviales, systèma arrosage (PVC sera rare et cher). etc... pour ton plan B ?
Moi c'est la réflexion qui vient de me faire changer de stratégie.
Mon plan B n'a pas besoin d'électricité (mais avec les barrages, je ne m'en fais pas). J'ai du bois à n'en plus pouvoir quoi en faire, 2 poêles dont une cuisinière bois. Un réservoir de millier de litre, une source potable. Un verger, les châtaigneraies, etc...
Je ne mourrais pas de faim là bas.

25 Re: Plan D, comme déprime le Ven 3 Sep - 4:40

Alter Egaux


youyou a écrit:Tu dis vivre sans risque du crach bancaire, c'est à dire ? des lingots ? Wink
Parceque bien sûr l'argent en banque n'est pas garanti, ou faiblement, et si ils ont investi toute la somme dans une propriété idéale, il doivent bien travailler pour se nourir au jour le jour.
Au contraire, je n'ai pas grand chose. Du coup, en cas de crash, je perd pas d'argent. Pour le moment, nous avons nos 2 travails, peut exposé à la mondialisation néolibérale, donc tout va bien. On avisera si la situation se tend.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum