Oléo.Transition

la décroissance comme transition post-pétrole

Mots-clés

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Nouveau jardinier bio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Nouveau jardinier bio le Mer 23 Juin - 11:05

pragma tic


Bonjour,

Lorsque j’ai appris, il y a maintenant presque trois ans, que la situation pétrolière était douteuse, j’habitais Le Mans, une maison de ville dans un bon quartier, mitoyenne par les deux cotés, et dotée d’un jardin de largement 50m2.
Trouver le site de l’ASPO et vérifier le sérieux de la chose ne fut pas long, et j’étais bien placé par mes activités professionnelles et mes connaissances, pour évaluer le sérieux de la situation.
Dès le départ, j’ai écarté d’affronter la transition dans ma maison de ville ; Outre que je préfère me trouver dans un lieu pas trop densément peuplé, et que je souhaite disposer d’espace pour cultiver, la mitoyenneté de ma maison me faisait craindre un incendie.
En effet, si l’énergie devient chère, les gens risquent de se chauffer avec n’importe quoi n’importe comment, augmentant les risques d’incendie, à un moment où les pompiers ne seront peut-être plus aussi réactifs qu’aujourd’hui.
Nous nous sommes orientés dans un premier temps vers un plan B, cherchant un terrain de 3 à 5000 m2 à équiper en lieu de dégagement. Six mois de recherche, dans un rayon de 25 km autour de chez nous, ne nous ont pas permis de trouver quelque chose qui nous convienne vraiment dans ce but.
Nous avons alors envisagé de déménager purement et simplement, et avons alors rapidement trouvé ce que nous cherchions, à savoir une maison correctement dimensionnée pour nous, posée sur un hectare d’ancienne terre agricole, entourée d’une jeune haie champêtre, terrain correctement orienté et ensoleillé, situé en sortie de village à une vingtaine de kilomètres du travail de ma femme.
Nous avons acheté et revendu notre maison de ville dans la foulée, l’opération s’est avérée financièrement neutre.
J’ai depuis partagé le terrain en deux ; environ 5000 m2 ont reçu un verger d’une cinquantaine d’arbres fruitiers, j’ai réservé sur le terrain restant 6 surfaces nous permettant au fil des ans, de mettre en route six surfaces potagères d’environ 150 m2 chacune, permettant une large rotation de nos cultures.
Notre préparation a compris la préparation d’un stock alimentaire d’urgence nous permettant environ deux mois d’autonomie pour l’instant.
Concernant l’eau, il semble y en avoir sous nos pieds, un forage est prévu courant juillet pour le vérifier, si c’est le cas, il sera doté d’une pompe manuelle.
Concernant le chauffage, notre maison (neuve et donc isolée) est équipée, outre d’un système de convecteurs électriques performants, d’un poêle surdimensionné, j’ai posé un abri pour le bois et en ai fait rentrer.
Concernant l’éclairage, il semble possible de produire de l’huile à cet usage à partir des fruits du cornouiller sanguin, qui est très présent dans notre haie ; premiers essais cet automne.
Concernant la sécurité, j’ai passé mon permis de chasser, ai pris ma licence de tir, ma femme également, nous nous sommes pourvus d’outils de dissuasion efficaces et de munitions en quantité, et nous fréquentons régulièrement le stand de tir.
Je prévois d’entourer la maison d’un système ayant pour but de signaler et retarder toute approche, si la situation se dégrade.
Et pour le reste de la logistique, on essaie de penser à tout …
Je prévois, compte tenu du contexte, d’instruire ma fille moi-même, ce qui me permettra, si cela me semble souhaitable, d’orienter son instruction vers davantage de travaux manuels que prévu par l’Education Nationale. Nous retenons ce choix car nous disposons nous-même d’un bon niveau d’instruction couvrant l’ensemble des champs de l’Education Nationale jusqu’au Bac, et que j’ai une solide pratique de la pédagogie auprès d’enfants.

Mon objectif de moyen terme est de nous rendre autonomes en fruits et légumes sous cinq ans.
Indépendamment de cela, la nature est naturellement nourricière par ici, et c’est rassurant.

Je développe tout point qui intéresserait quelqu’un sur demande.

2 Re: Nouveau jardinier bio le Mer 23 Juin - 11:30

~~NéoBio~~

avatar
au millieu de ton verger tu pourrais avoir du blé, voir du tournesol pour l'huile?
toi tu es pret , je suis vert alien pale

3 Re: Nouveau jardinier bio le Mer 23 Juin - 19:20

Invité


Invité
.........



Dernière édition par Ramite le Mar 19 Oct - 8:09, édité 1 fois

4 Re: Nouveau jardinier bio le Mer 23 Juin - 22:06

pragma tic


Bonjour,

Je suis né dans un HLM, situé à quelques patés de maison du bord de mer. Il en résulte que je connais davantage le milieu maritime que la campagne. J'ai tout à y découvrir.

Avant d'agir, je me documente donc autant que faire se peut, j'essaye de comprendre les logiques intrinsèques du domaine concerné, j'agis, j'observe ...

J'ai séparé verger et potager, en premier lieu parce que disposant de place, je pouvais. Tout mes arbres sont à 10 mètres les uns des autres, et je n'ai pour l'instant à peu près rien d'autre dans mon verger.

Je pense qu'à minima la cohabitation dans le verger réclame un savoir-faire afin que celle-ci soit avantageuse et non nuisible. En particulier si, comme moi, on se prépare à des cultures autarciques, qui impliquent de chercher les intrants nutritifs sur place.
Je démarre avec un sol qui n'a pas été utilisé depuis au moins cinq ans, mais qui était exploité industriellement, et je travaille plutôt à le reconstituer qu'autre chose.
C'est aussi pourquoi j'ai séparé verger et potager.
Actuellement, j'ai BRFé et paillé le pied de mes arbres, et je prévois de fertiliser ma terre de verger par le BRF ces prochaines années, mes réflexions portent plutôt sur l'usage éventuel d'une aillacée qui pousse sur mon terrain afin de lutter contre les maladies cryptogamiques, qui sont pour l'instant mon principal soucis au verger.
Au potager, la rotation sera la base, la fertilisation est prévue par engrais verts, que je prévois démarrer sitôt après mes patates cet été.

En gros, le but est d'éviter l'exploitation épuisant les sols qui nous mène dans le mur actuellement, je cherche plutôt à ré-enrichir les sols, et j'avance donc très prudemment en matière de cultures.
J'ai plusieurs projets d'utilisation des espaces libres au verger, (fraisiers et autres), mais mes arbres adultes (ce sont des demi-tiges) devraient y limiter sérieusement l'ensoleillement.

5 Re: Nouveau jardinier bio le Mer 23 Juin - 23:20

~~NéoBio~~

avatar
tu peux enrichir tes sols en utilisant ton compost et pour avoir beaucoup de compost tu peux te servir dans la nature, il suffit d'étudier la méthode jean pain pour avoir un max de compost
un compost à base de brf parciellement décomposé

je te conseil également de visionne les clips YT (youtube) au sujet de la terra pretta et des conclusions que des checheurs en on retiré en particulier en incorporant 10% de charbon de bois à ton compost (à la fin ta terre elle même peut avoir 10% de charbon de bois fractionné
ce n'est pas un apport en carbonne mais un lieu de stockage des angrais naturel, de l'eau, et un lieu de vie pour les micro organismes qui en naissant et en mourant apporte carbone à tes plantes et tes arbres

tu devrais également chercher quel est l'efficassité du compost de lombriculture qui semble particulierement riche et qui fourni un ju à diluer comme engrais
les lombrics sont consommables...

6 Re: Nouveau jardinier bio le Dim 4 Juil - 22:35

pragma tic


Bonjour,

Oui, de nombreuses pistes existent en matière de fertilisation.
Le problème, c'est évidemment le temps, dont il faudrait disposer pour les mettre en oeuvre.
Et c'est là où ça coince. Je peux bosser sur le terrain environ deux heures par jour ...
Un peu en raison de mes choix : sur mon hectare, je fais tout le quotidien à la main.
Autant dire qu'en ce moment, je passe le plus clair de mon temps à faucher.
Mais pour moi, une préparation valide est à ce prix.
Seule la pratique permet de se représenter correctement le temps et l'énergie que coûte une tâche précise, à la main.
Or, c'est de cette évaluation que découlent les choix organisationnels et stratégiques.
Il est, dans ce domaine, prudent d'être raisonnable. Il vaut mieux en faire un peu, relativement bien, que beaucoup, mal.
Enfin, c'est ainsi que je préfère, mais chacun ses goûts.

Je crois que si le monde change, le facteur temps en surprendra beaucoup. A la main, il faut souvent beaucoup de temps.

7 Re: Nouveau jardinier bio le Dim 4 Juil - 23:27

~~NéoBio~~

avatar
c'est clair et c'est la raison pour lasquelle je pense qu'un tracteur (à huile) est un allié précieux
de plus quand on est plusieurs pour une tache on s'appercoit que le nombre multiplie l'efficassité

8 Re: Nouveau jardinier bio le Jeu 4 Nov - 5:53

Galipette


Je me rends compte que ma vision des choses est très proche de la tienne. J'ai envisagé tous les aspects que tu as décrit, sauf celui-là:

Je prévois d’entourer la maison d’un système ayant pour but de signaler et retarder toute approche, si la situation se dégrade.

A quel système as-tu pensé?


As-tu envisagé de quitter votre maison quelques jours/semaines si une panique trop importante se faisait sentir?

9 Re: Nouveau jardinier bio le Mar 16 Nov - 4:15

porcinet


La permaculture permet de cultiver une grande variété de plantes sans rotation de culture et avec moins de surface.
Les principes : Pas de travail du sol (sauf la premiere année)
Sol toujours couvert (Brf, paillis, mulch)
Toujours mélangé les variétés
Créer de petits étangs (abritent les prédateurs des nuisibles)
Planter des arbres
Je rajouterais aussi des grosses pierres (surtout dans les étangs), elles emmagasinent la chaleur du soleil et la restituent la nuit.
Au bout de trois années, votre jardin est auto-fertile et son rendement ne fait que s'améliorer au fur et a mesure que se crée un écosystème naturel.

10 Re: Nouveau jardinier bio le Jeu 18 Nov - 22:58

~~NéoBio~~

avatar
je ne sais plus ou j'ai lu qu'en plus fabriquer du compost est inutile et qu'il faudrait plutot laisser se décomposer les déchets vegétaux directement au sol , là ou on aurait voulu mettre du compost pas la suite, qu'en penses tu? (mes compétences sont uniquement théoriques)

11 Re: Nouveau jardinier bio le Ven 19 Nov - 8:37

Jack La Mafda

avatar
~~NéoBio~~ a écrit:je ne sais plus ou j'ai lu qu'en plus fabriquer du compost est inutile et qu'il faudrait plutot laisser se décomposer les déchets vegétaux directement au sol , là ou on aurait voulu mettre du compost pas la suite, qu'en penses tu? (mes compétences sont uniquement théoriques)

Dans le fil du jardin des fraternités ouvrières
C'est Gilbert qui a dit et écrit ça (40 ans de permaculture)

12 Re: Nouveau jardinier bio le Ven 19 Nov - 12:29

~~NéoBio~~

avatar
wai ça me revient , c'était une reportage à toi si je ne m'abuse?

13 Re: Nouveau jardinier bio le Dim 21 Nov - 18:49

porcinet


La permaculture imite la nature qui se débrouille trés bien sans nous.
On parle d'agro-foresterie car les arbres (feuillus) sont essentiels : ils apportent la matiere nécessaire au renouvellement du sol, protègent de l'érosion et de la dissémination des maladies, ils font de l'ombre ou renvoient le rayonnement solaire vers les cultures, leurs racines profondes remontent certains nutriments du sol utiles aux autres plantes.
Le compost sert surtout à ne pas gaspiller mais il n'a pas vraiment d'utilité sur un sol vivant mais sur un sol travaillé il est indispensable.
Les permaculteurs passent pour des arrièrés aux yeux des agriculteurs modernes mais c'est le système agricole actuel, malgré sa technologie, qui est à l'age de pierre de la paysannerie.

14 Re: Nouveau jardinier bio le Mar 23 Nov - 3:03

~~NéoBio~~

avatar
imite la nature? mais les légumes sont absent de la nature ce sont des espèces modifiées par l'homme, dans la nature elles ne suivraient pas et se feraient exclure

la permaculture c'est l'art d'utiliser les réactions naturelles pour limiter l'action de l'homme , utiliser des engrais naturel (compost-vermicompost etc)
et des insecticides naturels

c'est aussi l'art de marier les espèces pour qu'elles s'entraident , et si possible de limiter le travail pour un rendement optimum

la permaculture c'est également gérer ses plantations de façon à limiter au maximum les trajets qu'on doit faire sur son terrain


l'exploitation permaculturelle ne nuit pas à l'environnement au contraire

c'est une philosophie avant tout , et cette philosophie peut s'appliquer à tout un tas d'autre choses , construire une maison/ferme ou la rénover par exemple
tisser un réseau de voisins etc

la permaculture selon moi ne se débrouille donc pas sans nous, c'est un mode de culture bio

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum