Oléo.Transition

la décroissance comme transition post-pétrole

Mots-clés

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

la démocratie c'est : cause toujours...

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

~~NéoBio~~

avatar


Les dix stratégies de manipulation de masses



Par Noam Chomsky






Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. Nous la reproduisons ici. Elle détaille l'éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu'à maintenir le public dans l'ignorance et la médiocrité.
1/ La stratégie de la distraction
Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l'attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d'informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s'intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l'économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l'attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions
Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d'abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu'on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.
3/ La stratégie de la dégradation
Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l'appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C'est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n'assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s'ils avaient été appliqués brutalement.
4/ La stratégie du différé
Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l'accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d'accepter un sacrifice futur qu'un sacrifice immédiat. D'abord parce que l'effort n'est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s'habituer à l'idée du changement et l'accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.
5/ S'adresser au public comme à des enfants en bas-âge
La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisant, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s'adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d'une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
6/ Faire appel à l'émotionnel plutôt qu'à la réflexion
Faire appel à l'émotionnel est une technique classique pour court circuiter l'analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l'utilisation du registre émotionnel permet d'ouvrir la porte d'accès à l'inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…
7/ Maintenir le public dans l'ignorance et la bêtise
Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l'éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l'ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité
Encourager le public à trouver « cool » le fait d'être bête, vulgaire, et inculte…
9/ Remplacer la révolte par la culpabilité
Faire croire à l'individu qu'il est seul responsable de son malheur, à cause de l'insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l'individu s'auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l'un des effets est l'inhibition de l'action. Et sans action, pas de révolution!…
10/ Connaître les individus mieux qu'ils ne se connaissent eux-mêmes
Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l'être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l'individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

patoche


ca fait un peu trop complot à mon gout
ca donne l'impression que l'élite controle tous les politiciens, tous les médias, tous les journalistes, toutes les multinationales de tous secteurs, le système éducatif, etc
en gros tout

et ca colle pas avec Chomsky qui lui meme disait qu'il "n'existait pas de cerveaux malfaisants dans un bureau qui tiraient les ficelles de l'opinion publique" ou quelque chose comme ca
au contraire les journalistes sont libres mais se conforment comme la populace
c'est vraiment lui qui a écrit ce document ?

je ne croirais jamais à un plan général
je pense plutot que le système s'est mis en place tout seul
bien sur l'élite y a joué un role, à coup de lobbys(monsanto ,agroalimentaire, etc), de business bien placé, d'assassinats (Kennedy, etc ...), de coups d'état (Chavez au Venezuela)
(désolé mesdames)l'émancipation des femmes a ainsi été provoqué par les Rockefeller (banquier et pétrole)
pour endoctriner les nefants plus jeunes et briser le lien familial
et taxer une + grande partie de la populace
http://www.youtube.com/watch?v=oCq72nPKtcw
Miss Magazine a été financé par les USA

le 9/11 pour supprimer les libertés, légitimiser puces RFID et cie

ce sont des exceptions

la société de consommation par exemple vient du capitalisme et pourtant c'est la clé du système
yavait du business à se faire à cause de l'innovation technologique
électro ménager, télés, radios, puis bagnoles, cinéma, ordis, portables, mode
maintenant téléréalité, people, porno
je me demande ce qu'ils vont nous inventer après ca ...
ca s'est mis en place tout seul et pas forcément par des gens mal intentionnés

par ex : Steve Jobs ne le sait pas mais fait partie du système
il a crée Apple, l'iphone, l'ipad, ipod etc


le document Armes silencieuses ressemble à un mode d'emploi
c'est un faux je l'ai lu quelque part
ici pour le lire :http://www.syti.net/SilentWeapons.html



Dernière édition par patoche le Ven 15 Oct - 5:17, édité 2 fois

~~NéoBio~~

avatar
c'est mon avis également, ça ressemble plutôt au courant québéquois...

je ne sais plus ou j'ai trouvé ça...

patoche


peut etre sur Syti ou Alter Info ?

~~NéoBio~~

avatar
j'ai posté sur un autre forum, on va bien voir, je suis là pour copier le texte

à plus

Alter Egaux


patoche a écrit:je pense plutot que le système s'est mis en place tout seul
bien sur l'élite y a joué un role, à coup de lobbys(monsanto ,agroalimentaire, etc), de business bien placé, d'assassinats (Kennedy, etc ...), de coups d'état (Chavez au Venezuela)
(désolé mesdames)l'émancipation des femmes a ainsi été provoqué par les Rockefeller (banquier et pétrole)
pour endoctriner les nefants plus jeunes et briser le lien familial
Je nuancerai un peu ton propos : 11 septembre (1973), la révolution néoconservatrice est une réelle révolution, avec ses think-tank, ses élites, ses penseurs, ses philosophes, son terrorisme, etc... Elle a mis en place des universitaires pour conditionner tout ce joli monde. Maintenant, pour s'en débarrasser, c'est une cata.

Le capitalisme est plus ancien, probablement dû à l'arrivée massive de l'argent et de l'or du nouveau continent (les amériques). Déjà, à l'époque des corsaires, Londres avait mis en place son paradis fiscal (la city) pour blanchir l'or des corsaires (piqué aux pirates). La création de la S.A. (société anonyme) a joué un grand role.

L'industrie aussi. La guerre de 14-18 est déjà une guerre industrielle.

L'automobile et le pétrole ont amené la société de consommation, accompagnée par des génies comme Edward Bernays ("Propaganda").

patoche a écrit:ca fait un peu trop complot à mon gout
Je pense que Chomsky a pu écrire le texte, puisque c'est sur la manipulation de masse. C'est de l'associer à la démocratie qui fait théorie du complot. Chomsky ne l'associe à aucun système en particulier, ce SONT simplement des techniques utilisées, par des élites établies ou émergeantes, quelque soit le système (dictature ou démocratie). La confusion est là : cracher sur la démocratie en utilisant le travail de Chomsky.

~~NéoBio~~

avatar
t'as trouvé patoche?

je visionne les vidéos youtube de noam Chomsky et je ne trouve rien qui affirme ce genre de banalités Crying or Very sad

c'est pas clair...

~~NéoBio~~

avatar


c'est plutôt un texte du genre http://www.syti.net/
complot maximum

Alter Egaux


patoche a écrit:
le document Armes silencieuses ressemble à un mode d'emploi
c'est un faux je l'ai lu quelque part
ici pour le lire :http://www.syti.net/SilentWeapons.html
Je suis sceptique sur cela. J'ai préféré lire "le rapport lugano". Au top.
~~NéoBio~~ a écrit:
c'est plutôt un texte du genre http://www.syti.net/
complot maximum
Oui, effectivement. Cependant, j'ai pu vérifier avec le temps que syti était extrêmement bien informé, notamment sur les politiques français. J'ai été souflé plus d'une fois.

~~NéoBio~~

avatar
t'en est où patoche? pour moi non plus ce n'est pas du chomsky c'est évident surtout le paragraphe n°10 qui est clairement le contraire de chomsky
je te le cite:

10/ Connaître les individus mieux qu'ils ne se connaissent eux-mêmes
Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes.

Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l'être humain,

à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l'individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas,

le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

le délire parano mdr c'est pas du chomsky évidement lol lol






ça ressemble à du sytinet, ça sent la théorie du complot à donf Laughing

patoche


De toute manière complot ou pas on s'en branle

10/ Connaître les individus mieux qu'ils ne se connaissent eux-mêmes
Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes.

Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l'être humain,

à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l'individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas,

le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

bof la bio et la neuro commencent à peine j'y crois pas
par contre la psychologie appliquée si : publicité, management par le stress, l'affecting en politique etc

Le capitalisme est plus ancien, probablement dû à l'arrivée massive de l'argent et de l'or du nouveau continent (les amériques). Déjà, à l'époque des corsaires, Londres avait mis en place son paradis fiscal (la city) pour blanchir l'or des corsaires (piqué aux pirates). La création de la S.A. (société anonyme) a joué un grand role.

L'industrie aussi. La guerre de 14-18 est déjà une guerre industrielle.

L'automobile et le pétrole ont amené la société de consommation, accompagnée par des génies comme Edward Bernays ("Propaganda").

l'industrie n'a rien à voir la dedans

pareil on s'en fout que le capitalisme soit plus ancien ou pas que la société de consommation

capitalisme + pétrole = société de consommation

le capitalisme c'est le fric à tout prix, la croissance, le productivisme, le business quelqu'en soient les conséquences sociales, environnementales, relationnelles, sur la santé publique etc
que les marchandises produites soient utiles ou superflues

très fort ce Edward Bernays
ce conn*rd a eu de la chance d'avoir jamais croisé ma route
s'il avait pas existé ce mec putain ...

patoche


Je pense que Chomsky a pu écrire le texte, puisque c'est sur la manipulation de masse. C'est de l'associer à la démocratie qui fait théorie du complot.

non Chomsky réfute l'idée d'un complot et d'un plan général

Chomsky ne l'associe à aucun système en particulier,

bah si justement Chomsky vomit sur la démocratie en tout cas le système qui se PRETEND démocratie
connais tu vraiment Chomsky ?


ce SONT simplement des techniques utilisées, par des élites établies ou émergeantes, quelque soit le système (dictature ou démocratie).

non le système actuel est complètement original car il est consenti par la population
consommation loisirs etc
à part sous l'empire romain "du pain et des jeux"

les systèmes précédents avaient la religion, la violence ou la terreur

l'actuel s'est fait tout seul, sans plan général dès le départ mais petit à petit
par le capitalisme, la consommation, puis ils ont eu l'idée de nous pucer et nous tracer
l'innovation technologique aidant (électronique, télécoms, internet)
je ne croirais jamais à un plan prévu à l'avance c'est absurde
du genre illuminatis et cie

La confusion est là : cracher sur la démocratie en utilisant le travail de Chomsky.

Suspect Suspect ah bon Chomsky ne crache pas sur la démocratie peut etre ?

~~NéoBio~~

avatar
tu as raison de penser que ce texte n'est pas de lui

il n'est pas de lui évidement lol

Alter Egaux


patoche a écrit:l'industrie n'a rien à voir la dedans

pareil on s'en fout que le capitalisme soit plus ancien ou pas que la société de consommation

capitalisme + pétrole = société de consommation
Et si justement : capitalisme + industrie + pétrole = produits (souvent inutiles) de consommation = (matracage de) publicité = société de consommation.

Accessoirement, lorsque la crise de consommation arrive : capitalisme + industrie de guerre + pétrole = guerre mondiale, histoire de tout détruire pour reconstruire. Et hop, c'est reparti pour un tour.

patoche a écrit:bah si justement Chomsky vomit sur la démocratie en tout cas le système qui se PRETEND démocratie
connais tu vraiment Chomsky ?
Très bien : cite moi un texte où il vomit la démocratie ?

patoche a écrit:non le système actuel est complètement original car il est consenti par la population
consommation loisirs etc
à part sous l'empire romain "du pain et des jeux"
Tout système, quelqu'il soit, est consenti par une majorité de gens. Par définition. Sinon, il s'effondre immédiatement. Ce raisonnement marche aussi pour le régime de Pétain.
C'est justement la base de travail de Chomsky : décortiquer comment se fait la fabrique du consentement.
patoche a écrit:
l'actuel s'est fait tout seul, sans plan général dès le départ mais petit à petit
par le capitalisme, la consommation, puis ils ont eu l'idée de nous pucer et nous tracer
l'innovation technologique aidant (électronique, télécoms, internet)
Il n'y a pas de plan à l'avance, mais une élite qui travaille pour faire perdurer un système qui lui ait favorable, en l'imposant par la force, par le rapport de force, par la guerre, et par la fabrique du consentement. Par système, j'entend TOUT système, que cela soit du communisme chinois, en son temps du stalinisme, et du capitalisme.
La démocratie n'est que quelques degrès de liberté de plus donné aux citoyens, par rapport à une dictature.

En gros, la démocratie n'est pas suffisante pour que les citoyens obtiennent le maximum de degré de liberté. Mais elle est nécessaire pour tendre vers cette liberté.
C'est lorsque les citoyens décideront de leur avenir, la journée, pour demain, pour dans 50 ans, que l'oligarchie aura perdu tout pouvoir. Autogestion, association, démocratie au sein des entreprises, démocratie participative, prise de décision sur les choix des techniques et des produits, etc...

Et je suis impatient de lire ta citation de Chomsky. J'ai lu Orwell qui détestait la forme de la démocratie britanique mais qui en reconnaissait toute sa valeur pour contrer Hitler, dernière démocratie européenne opposée à l'Allemagne Nazie. La nuance est ici. La forme peut être détestable, mais le fond n'en reste pas moins exceptionnelle.

J'ai écouté longuement Mélenchon vendredi. Il parle de patriotisme et de république laïque. Assez rarement de démocratie. C'est important. Avant de défendre la démocratie, je suis effectivement un républicain laïc dans une nation indivisible. Les mots ont un sens.
On peut détester les limites de la forme actuelle de la démocratie, mais être un républicain convaincu. Réfléchis avant de me répondre. Le sujet en vaut le coût.



Dernière édition par Alter Egaux le Sam 16 Oct - 11:35, édité 1 fois

~~NéoBio~~

avatar


A propos des « dix stratégies de manipulation de masses » attribué à Noam Chomsky


par Jean Bricmont
Un texte intitulé « Les dix stratégies de manipulation de masses » et attribué à Noam Chomsky circule abondamment sur le net ces jours-ci. Par ailleurs, on voit déjà, en réponse à ce texte, des critiques de Chomsky comme « adepte de la théorie du complot », dans la « grande » presse (1).
Le 10ème principe reflète d’ailleurs bien les fantasmes, fréquents dans l’extrême gauche, sur la connaissance que le « système » aurait de l’individu moyen grâce à « la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée », ce qui est très différent de ce que pense Chomsky, qui sait que la connaissance (vraiment) scientifique de l’être humain est extrêmement limitée.
Comme ce texte me semblait être une simplification et une déformation de sa pensée, et que je ne trouvais pas son équivalent en anglais, je lui ai posé la question, pour en avoir le coeur net. Voici sa réponse : « Je n’ai aucune idée d’où cela vient. Je n’ai pas fait cette compilation moi-même, je ne l’ai pas écrite ni mise sur le web. Je suppose que celui qui l’a fait pourrait prétendre que ce sont des interprétations de ce que j’ai écrit ici ou là mais certainement pas sous cette forme ni en tant que liste. »
Le succès apparent de ce texte illustre bien la mauvaise compréhension de la pensée de Chomsky à propos de la « manipulation », à la fois chez certains de ses partisans et de ses adversaires. Lui et Ed Herman, co-auteurs de La fabrique du consentement (ed. Agone, 2008) ne suggèrent jamais qu’il y a quelque part une organisation cachée qui « manipule les masses ». Ils montrent qu’il existe un certain nombre de filtres, liés à la propriété privée des médias, à nécessité de la publicité, à l’action de groupes d’influence etc., qui ont pour résultat que la vision du monde véhiculée par les médias est extrêmement biaisée, mais tout cela fonctionne un peu comme l’idéologie chez Marx, un processus sans sujet.
Curieusement, il est d’une certaine façon rassurant de penser qu’il existe des manipulateurs conscients qui, parce qu’ils le dirigent, savent au moins où va le monde. Malheureusement, il y a bien des relations de pouvoir, des mensonges et des biais idéologiques, mais il n’y a pas de pilote dans l’avion.

Jean Bricmont

~~NéoBio~~

avatar

Alter Egaux


Le succès apparent de ce texte illustre bien la mauvaise compréhension de la pensée de Chomsky à propos de la « manipulation », à la fois chez certains de ses partisans et de ses adversaires.
Rien a dire : c'est ce que je pense.
Lire Chomsky, le comprendre ou l'interpréter. CQFD.
La fabrique du consentement[/i] (ed. Agone, 2008) ne suggèrent jamais qu’il y a quelque part une organisation cachée qui « manipule les masses ». Ils montrent qu’il existe un certain nombre de filtres, liés à la propriété privée des médias, à nécessité de la publicité, à l’action de groupes d’influence etc., qui ont pour résultat que la vision du monde véhiculée par les médias est extrêmement biaisée, mais tout cela fonctionne un peu comme l’idéologie chez Marx, un processus sans sujet.
Voilà la pensée de Chomsky. Il nie les complots mais n'est pas angélique sur la vision du monde véhiculée par les médias, extrêmement biaisée par :
- la propriété privée des médias,
- à nécessité de la publicité,
- à l’action de groupes d’influence
Bref, la propaganda.

~~NéoBio~~

avatar
Alter Egaux a écrit:
Jean Bricmont a écrit: Le succès apparent de ce texte illustre bien la mauvaise compréhension de la pensée de Chomsky à propos de la « manipulation », à la fois chez certains de ses partisans et de ses adversaires .


tu as moins de mérite que patoche tout de même , il n'a que 17ans ! et tu pensais qu'il avait tord , finalement il avait une meilleure compréhention de chomsky que toi !! une prouesse! cheers
je pense que ce jeune là est de la graine de lucidité pour l'avenir

bravo patoche Basketball

Alter Egaux a écrit:
patoche a écrit:ca fait un peu trop complot à mon gout

Je pense que Chomsky a pu écrire le texte
puisque c'est sur la manipulation de masse.

Alter Egaux


Je pensais "texte d'origine", alors que le résumé n'était pas de la main de Chomsky, c'est évident. D'où l'interprétation.

Que patoche ait mieux compris Chomsky reste à démonter, j'attend ses arguments (voir c dessus).

Mais à 17 ans, belle maturité.

patoche


Et si justement : capitalisme + industrie + pétrole = produits (souvent inutiles) de consommation = (matracage de) publicité = société de consommation.

Je suis d'accord .
Le pétrole et l'industrie vont ensemble, c'était sous entendu et c'est pour cela que je ne l'ai pas mentionné .

Accessoirement, lorsque la crise de consommation arrive : capitalisme + industrie de guerre + pétrole = guerre mondiale, histoire de tout détruire pour reconstruire. Et hop, c'est reparti pour un tour.

Les 2 WW ont donc été organisées ?

Très bien : cite moi un texte où il vomit la démocratie ?

Tous, il me semble .
Je vais faire des recherches

Tout système, quelqu'il soit, est consenti par une majorité de gens. Par définition. Sinon, il s'effondre immédiatement. Ce raisonnement marche aussi pour le régime de Pétain.
C'est justement la base de travail de Chomsky : décortiquer comment se fait la fabrique du consentement.

Tu as raison . Je me suis mal exprimé . Wink

Par le système, j'entendais la société de consommation . Je voulais dire que la majorité des gens acceptent de travailler pour gagner du vide et consommer, se divertir pour oublier que le travail constitue la majeure partie de leur existence .

Il n'y a pas de plan à l'avance, mais une élite qui travaille pour faire perdurer un système qui lui ait favorable, en l'imposant par la force, par le rapport de force, par la guerre, et par la fabrique du consentement. Par système, j'entend TOUT système, que cela soit du communisme chinois, en son temps du stalinisme, et du capitalisme.
La démocratie n'est que quelques degrès de liberté de plus donné aux citoyens, par rapport à une dictature.

Je suis d'accord .
Je crois qu'il y a eu malentendu, je pensais que tu croyais à un complot, du genre Illuminatis francs macons et cie . OK

Et je suis impatient de lire ta citation de Chomsky.

Celle où il critique la démocratie ? OK . Je me trompe peut-être .


Pas tellement, j'avais déja lu ce texte sur Syti, c'est pour cela que je te l'ai suggéré .



Dernière édition par patoche le Sam 16 Oct - 23:09, édité 1 fois

patoche


Que patoche ait mieux compris Chomsky reste à démonter, j'attend ses arguments (voir c dessus).

OK Smile



Dernière édition par patoche le Dim 17 Oct - 0:41, édité 2 fois

Alter Egaux


Patoche, je pense que sur le fond, nous sommes ok. Je te reprend donc sur la forme, et pas sur le fond. La nuance permet de tendre vers la vérité. Tu n'es pas loin de l'atteindre.

patoche a écrit:Le pétrole et l'industrie vont ensemble, c'était sous entendu et c'est pour cela que je ne l'ai pas mentionné.
Je nuancerai le lien entre pétrole et industrie : le lien est plus probant entre fossile (charbon, gaz et pétrole) et industrie. L'industrie a démarré avant le pétrole, mais a pris son rythme de croisière avec lui. Et bien entendu, les techniques !

patoche a écrit:
Accessoirement, lorsque la crise de consommation arrive : capitalisme + industrie de guerre + pétrole = guerre mondiale, histoire de tout détruire pour reconstruire. Et hop, c'est reparti pour un tour.
Les 2 WW ont donc été organisées ?

Oui, en grande partie par les capitaines d'industrie :

14-18 :
31 juillet 1914 : assassinat de Jaurès, le pacifiste qui avait déjà compris la dérive du capitalisme français et allemand.
29 mars 1919 : le meurtrier de Jaurès sera acquitté dans un contexte de fort nationalisme.
28 juin 1914 : l'étincelle allume la bombe, lorsque des Serbes bosniaques parvinrent à assassiner l'archiduc François-Ferdinand.
Les 2 industries de guerres était déjà en place. La guerre de 14 est la conversion de force par une infâme boucherie de la paysannerie en classe ouvrière. Elle n'est pas seulement cela. Mais nous avons tous un arrière grand père tombé à Verdun (ou à proximité). Elle est aussi sur la guerre du charbon (Alsace Lorraine) rappelé par Ramite, et a aussi permis de lancer durablement l'industrie, les premières chaines de montage, l'industrie des alliages, le complexe militaro industriel, etc...

39-45 :
Pour 1939-45, le slogan "plutôt Hitler que le front populaire" résume à lui seul le complot de la Synarchie.
Ecoute sur internet les colloques de l'historienne Annie Lacroix-Riz (Le Choix de la défaite : les élites françaises dans les années 30). Tout est dit. Même le pourquoi de la chute de la république espagnole : la Banque de France et l'or espagnol.
Sans parler de l'aide inouïe des capitaines d'industrie US (Ford et Bush entre autres) pour le national socialisme embryonnaire.

patoche a écrit:
Très bien : cite moi un texte où il vomit la démocratie ?
Je vais faire des recherches.
Oui : cela mérite d'être approfondi. Je connais bien entendu la réponse, tu t'en doutes. Parler de pseudo-démocratie, c'est parler de la forme, et non du fond. C'est donc chercher à l'améliorer, et non à la vomir.

patoche a écrit:Par le système, j'entendais la société de consommation . Je voulais dire que la majorité des gens acceptent de travailler pour gagner des sous et consommer, se divertir pour oublier que le travail constitue la majeure partie de leur existence.

L'abondance d'objet inutile et jetable ne laisse pas le choix aux consommateurs. Nous sommes des enfants gâtés. Les enfants ne savent pas se retenir, et les adultes non plus. Le contexte force nos choix, puisque nous ne l'avons presque plus.

patoche


Sans parler de l'aide inouïe des capitaines d'industrie US (Ford et Bush entre autres) pour le national socialisme embryonnaire.

et Rockefeller, banquier et pétrole .

juste un détail

Je pensais "texte d'origine", alors que le résumé n'était pas de la main de Chomsky, c'est évident. D'où l'interprétation.

quel texte d'origine ? Tu suggères ainsi que ce résumé est basé sur le travail de Chomsky qui réfute l'idée d'un complot, alors que ce texte présente des idées contraires à celles de Chomsky . Ce texte est de sylvain Timsit .

1/ La stratégie de la distraction
Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l'attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d'informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s'intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l'économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l'attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

ca s'est fait tout seul, grace à la société de consommation du développement des divertissements et des loisirs
le capitalisme quoi
sinon ca signifierait que l'élite est derrière chaque journaliste, présentateur télé, divertissement etc

la cybernétique, neurobio, psychologie ... non mais lol quoi
c'est vraiment n'importe quoi

a propos :
http://www.mecanopolis.org/?p=18117

extrait :
LE FOOTBALL, ARME POLITIQUE ET IDÉOLOGIQUE CONTRE LES CLASSES EXPLOITÉES

Si le football a envahi notre vie quotidienne et il est devenu si populaire, c’est parce qu’il s’est révélé historiquement comme une arme de combat des classes dominantes contre les classes exploitées. Il faut savoir qu’une classe dominante ne peut jamais asseoir sa domination qu’en dégénérant mentalement et intellectuellement les classes dominées. Cela veut dire concrètement que les classes exploiteuses doivent tout faire pour empêcher les classes dominées de prendre conscience des mécanismes qui sous-tendent leur domination. À cet égard, le football, pour ne pas parler d’autres sports, fut une arme politique et idéologique d’une redoutable efficacité dont s’étaient servis la bourgeoisie et les capitalistes au XIXème siècle pour briser l’unité et la conscience de classe des dominées et des exploités. C’est seulement cette perspective qui explique pourquoi le football est devenu si populaire et pourquoi il a pris une telle importance planétaire. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de constater l’émergence simultanée, durant les trois dernières décennies du XIXème, du football comme sport de masse et comme institution et l’école publique, gratuite et obligatoire, car l’un et l’autre sont de nature à empêcher la naissance d’une conscience de classe entre toutes les victimes de l’exploitation capitaliste.

Pour mieux comprendre pourquoi le football, jadis sport élitiste, est devenu aujourd’hui un sport de masse et même le sport le plus populaire de tous les temps, il faudra le replacer dans le contexte de l’époque qui lui a donné naissance. À l’origine, le football, comme le rugby, était un sport pratiqué par la riche aristocratie anglaise et par ses enfants qui fréquentaient les prestigieux collèges des publics Schools. Dans l’esprit de ses promoteurs, le football visait à empêcher les garçons des publics Schools d’aller rôder dans les rues et sur les terrains du voisinage. Jusqu’aux années 1870, le football faisait partie de l’éducation militaire des gentlemen et de l’Upper middle class et il participait à l’éthique sportive de la classe aristocratique fondée sur la maîtrise de soi, le contrôle des pulsions, le respect des codes et l’exaltation de la virilité(manliness) physique et morale. Géographiquement, le football était localisé au sud de l’Angleterre. Mais à partir des années 1870, le football, jusqu’ici sport élitiste et aristocratique par excellence, commence à intéresser la classe politique et les capitalistes anglais pour son triple rôle d’intégration politique et sociale, de défoulement physique et de décharge psychique pour les ouvriers. Ce faisant, le football était perçu comme un moyen efficace pour créer des masses aliénées en empêchant la coalition des ouvriers et en étouffant dans l’œuf toute velléité de prise conscience politique de classe.

La soi-disant démocratisation du football était commandée en réalité par des impératifs politiques et idéologiques visant à lutter contre la force montante et menaçante du trade unionisme et à soustraire les ouvriers anglais de l’influence grandissante des idées socialistes et communistes. Le football, comme d’ailleurs l’école à la même époque, était considéré par les bourgeoisies et les classes politiques de l’époque comme l’antidote des projets éducatifs mis en place par la Première Internationale pour contrecarrer l’emprise de l’idéologie dominante sur les ouvriers et dotant derniers d’un rudiment d’éducation politique nécessaire à leurs futurs combats de classe. Car, pour la Première Internationale, l’éducation et l’instruction faisaient partie intégrante de tout projet et de tout mouvement d’émancipation politique et idéologique de la classe ouvrière . C’est justement pour combattre les projets éducatifs de la Première Internationale et pour empêcher les ouvriers de s’instruire et de s’éduquer en suivant les conférences et les cours d’éducation politique institués par les sections de la Première Internationale en Angleterre d’abord et ensuite sur le continent et aux Etats-Unis, que le patronat et les capitalistes avaient créé dans les centres industriels, dans les quartiers, dans les usines, des clubs de football. Le club de football était considéré comme le meilleur rempart contre l’instruction et l’éducation des ouvriers. Ce n’est pas un pur hasard si les premiers clubs de football s’étaient implantés dans les centres industriels, c’est-à-dire les lieux où étaient massivement présents les syndicats anglais, les Trade union. C’est pourquoi les premiers lieux privilégiés d’implantation des clubs de football ont été les entreprises et les centres industriels, dans les ports dont certains entrepôts appartenaient aux compagnies maritimes anglaises. Ce sont par la suite les cadres et les techniciens travaillant pour les chantiers navals anglais à l’étranger qui furent les principaux artisans de l’exportation du football sur le continent et en Amérique latine. Cela montre que les clubs de football étaient une arme politique et idéologique entre les mains des bourgeoisies et des classes dominantes pour contrer les projets éducatifs des dirigeants du mouvement ouvrier et pour empêcher la naissance d’une conscience de classe et d’une solidarité entre les ouvriers de tous les pays.



Dernière édition par patoche le Dim 17 Oct - 1:08, édité 1 fois

patoche


on va les faire 1 par 1 :

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions
Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d'abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu'on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

la tout vrai par contre
soi disante guerre contre le terrorisme, 9/11 etc puis le "Patriot Act" , etc
endettement de l'économie, etc
organisée par l'élite



Dernière édition par patoche le Dim 17 Oct - 1:01, édité 2 fois

Alter Egaux


patoche a écrit:
Je pensais "texte d'origine", alors que le résumé n'était pas de la main de Chomsky, c'est évident. D'où l'interprétation.

quel texte d'origine ? Tu suggères ainsi que ce résumé est basé sur le travail de Chomsky qui réfute l'idée d'un complot, alors que ce texte présente des idées contraires à celles de Chomsky . Ce texte est de sylvain Timsit .
Le texte (ou livre) qui a inspiré cet article ou ce résumé : à l'évidence, celui qui a écrit cela a lu Chomsky. Mais il a aussi interpété Chomsky, pour appuyer son article.

Puis reprise par erreur sur ce forum (et ailleurs) pour le généraliser sur les démocraties.
Cela fait finalement beaucoup de mauvaises interpétations...

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum