Oléo.Transition

la décroissance comme transition post-pétrole

Mots-clés

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

démocratie directe: le mouvement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 démocratie directe: le mouvement le Mer 13 Oct - 10:53

~~NéoBio~~

avatar


L’heure de la démocratie directe a sonné !

D’après une étude sociologique approfondie (Pierre Bréchon, Jean-François Tchernia : « la France à travers ses valeurs » Armand Colin, 2009), 42% seulement des Français font confiance au parlement, 26% aux partis politiques ! Beaucoup de nos concitoyens ont le sentiment que la politique est monopolisée par une classe dont c’est la profession et que la destinée du pays se joue sans eux. Dès lors, où est la démocratie ? Elle existe là où les institutions permettent une saine concurrence entre les élus et les citoyens dans la confection des lois, c’est-à-dire là où la démocratie directe existe. C’est le cas en Suisse, au Liechtenstein, dans une certaine mesure en Italie, en Allemagne et aux Etats-Unis (dans ces derniers pays au niveau local et au niveau des états fédérés seulement).
D’après une étude suisse récente, « les effets de la démocratie directe ; que dit la science économique moderne » des professeurs Lars Feld et Gebhard Kirchgässner, reproduite sur le présent site, les pays qui connaissent le référendum d’initiative populaire ont des impôts 30% plus faibles, des dépenses publiques 30% plus faibles et un endettement 50% plus faible que les pays à démocratie purement représentative. Le tissu économique des petites et moyennes entreprises y est particulièrement vigoureux, comme on le voit en Suisse, en Allemagne ou en Italie du Nord.
La démocratie directe comporte un frein et un moteur. Le frein, c’est le référendum déclenché par une pétition de citoyens contre une loi que vient de voter le parlement. C’est un instrument efficace contre les augmentations abusives d’impôts ou de dépenses publiques. En effet, dans les régimes parlementaires modernes, le parlement adopte toujours les projets du gouvernement, conçus essentiellement par les technocrates de l’administration. Il faut donc un autre moyen de contrôle pour les citoyens, c’est le référendum veto ! Le moteur, c’est l’initiative populaire : une pétition déclenche, si elle atteint suffisamment de signatures (100 000 en Suisse au niveau fédéral), un référendum sur un sujet que le gouvernement et le parlement n’osent pas aborder ! En Suisse, l’immigration, la lutte contre la drogue, la durée du travail sont des sujets fréquents (le peuple a refusé la semaine de 35h !).
En France, la politique du pays aurait sûrement été différente si les citoyens pouvaient s’exprimer sur les lois que l’on vote en leur nom ! C’est d’ailleurs prévu dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui fait partie de nos textes constitutionnels (articles 6 et 14). Peu à peu, la démocratie directe progresse en Europe. Suite à la réunification allemande, tous les Länder allemands l’ont adopté. Dans les années 1970, l’Italie l’a introduite dans ses institutions. Mais personne n’en parle en France, c’est pourquoi nous avons créé ce site d’information sur la démocratie directe. Si suffisamment de citoyens le veulent, cette institution pourra aussi s’implanter en France, et contribuer à une meilleure gestion de l’Etat que celle qui le conduit depuis de nombreuses années vers une faillite de plus en plus probable.
http://www.democratiedirecte.fr/editorial/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum