Oléo.Transition

la décroissance comme transition post-pétrole

Mots-clés

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

province VS villes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 province VS villes le Dim 3 Oct - 12:23

~~NéoBio~~

avatar
peut importe le scénario, il me semble que la ville est condamnée à terme

sa population va décliner (selon le scénario ) mais d'ors et déjà les zones les plus impactées par le crise semble indiquer qu'une crise financière supplémentaire ne peut que démarrer "l'exode citadin"

je pense que même avec une scénario lent , il faut acheter sa ferme le plus vite possible
qui hésite?
pour quelle raison?

élevons le débat...

2 Re: province VS villes le Dim 3 Oct - 21:47

Alter Egaux


Perso, j'ai résolu le problème : je n'ai pas choisi l'un plus que l'autre.

Plan A : en ville, à proximité du boulot (2 boulots), indépendant de la voiture (transport en commun), tout à pied et en vélo (école, collège, lycée, magasins, bibliothèque, cinéma, amap, biocop, etc...), et peu dépendant du pétrole (chauffage, cuisson et eau sanitaire).

Si cela vire au niveau rouge écarlate :

Plan B : perdu de chez perdu, réseau décroissant et en autonomie alimentaire, amis éleveurs de chevaux, autonomie en chauffage, bois, électricité renouvelable (barrage), eau potable (source), four à pain rénové, poele et cuisinière à bois, pêche, chasse, 10 hect, loin des autoroutes, loin des centrales nuke, loin d'une ville importante, etc...

En gros, je me suis dit que le nerf de la guerre est la durée et le fric. Je peux tenir longtemps dans de nombreux cas, et j'ai financièrement une stabilité qui me permet de continuer en choisissant vite et juste (artisans si cela ne va pas assez vite).

C'est actuellement mon choix. Mon plan A est extrêmement bien placé si le prix du baril explose. Je peux changer de stratégie quand je veux : la vente de mon bien ne devrait pas poser de problème (hyper centre, à 4 min à pied d'un RER, très calme).

Je ne participerai donc pas trop au sujet. Je n’ai pas grand-chose à en dire de plus…

3 Re: province VS villes le Dim 3 Oct - 22:22

Galipette


~~NéoBio~~ a écrit:peut importe le scénario, il me semble que la ville est condamnée à terme

sa population va décliner (selon le scénario )


Ca me parait logique, le réajustement démographique se fera principalement en ville.


~~NéoBio~~ a écrit:mais d'ors et déjà les zones les plus impactées par le crise semble indiquer qu'une crise financière supplémentaire ne peut que démarrer "l'exode citadin"

Je ne vois pas pourquoi l'aggravation de la crise financière entrainerait un exode. Sans politique l'incitant, les gens resteront aux crochets des aides sociales, en ville. Seules quelques rares personnes penseront qu'avoir un potager pour se nourrir pourrait motiver un départ, les gens trop indépendants et orgueilleux pour s'en remettre à l'Etat, mais ils sont rares.

~~NéoBio~~ a écrit:je pense que même avec une scénario lent , il faut acheter sa ferme le plus vite possible
qui hésite?
pour quelle raison?

élevons le débat...

Aucune raison d'hésiter pour moi, même si l'effondrement tarde, il faut du temps pour être prêt, et la campagne offre de toutes manières une qualité de vie autrement plus importante que la ville. Seul frein, l'emploi!

Alter a un très bon plan alternatif.

4 Re: province VS villes le Dim 3 Oct - 22:27

youyou

avatar
Alter Egaux a écrit:Perso, j'ai résolu le problème : je n'ai pas choisi l'un plus que l'autre.

Plan A : en ville, à proximité du boulot (2 boulots), indépendant de la voiture (transport en commun), tout à pied et en vélo (école, collège, lycée, magasins, bibliothèque, cinéma, amap, biocop, etc...), et peu dépendant du pétrole (chauffage, cuisson et eau sanitaire).

Si cela vire au niveau rouge écarlate :

Plan B : perdu de chez perdu, réseau décroissant et en autonomie alimentaire, amis éleveurs de chevaux, autonomie en chauffage, bois, électricité renouvelable (barrage), eau potable (source), four à pain rénové, poele et cuisinière à bois, pêche, chasse, 10 hect, loin des autoroutes, loin des centrales nuke, loin d'une ville importante, etc...

En gros, je me suis dit que le nerf de la guerre est la durée et le fric. Je peux tenir longtemps dans de nombreux cas, et j'ai financièrement une stabilité qui me permet de continuer en choisissant vite et juste (artisans si cela ne va pas assez vite).

C'est actuellement mon choix. Mon plan A est extrêmement bien placé si le prix du baril explose. Je peux changer de stratégie quand je veux : la vente de mon bien ne devrait pas poser de problème (hyper centre, à 4 min à pied d'un RER, très calme).

Je ne participerai donc pas trop au sujet. Je n’ai pas grand-chose à en dire de plus…

Je pense que le point le plus important, c'est que ta vie actuelle te satisfait. Ta situation actuelle peut résister à toutes les minicrises. En cas de crise majeure, tu files au vert.

Ce sujet est surtout interessant pour ceux qui aujourd'hui veulent changer.

J'ai longtemps cru qu'on avait une stratégie proche. J'ai mon plan A à deux pas de mon travail, une bonne autonomie alimentaire (je dirais 70% à vue de pif), au milieu des amis, des copains, des loisirs.
Mon plan B en cours d'acquisition.
Mais au final, cette vie actuelle, travail, stress, me prend trop de temps et finalement ce plan A, qui m'occupe depuis plusieurs années, est trop proche encore de cette société productiviste (bruit des voitures, impossible d'avoir un coq sans procès de voisinnage, jeunes qui picollent et cassent des bouteilles dans le parc voisin à 2h du mat, querelles politiques locales etc...).

Du coup, je rejoint le message initial, pour ma part, je fait le pari à court terme (1 à 2 ans) de réaliser un plan B qui deviendra mon lieu de vie principal quoi qu'il arrive. Car même sans crise majeure, une vie semi citadine me lasse irrémédiablement. Outre la raison des crises à venir, qui me guide à avoir un plan au vert, c'est aussi un choix de qualité de vie sans équivalent, et un moyen de retrouver du temps, ne serais ce que pour les loisirs (écriture, musique, deux de mes passions), et ce même dans l'éventualité ou la crise serait d'intensité moyenne à faible.

Au final, par rapport à ce sujet, tu n'a pas grand chose à dire, comme tu dis, simplement du fait que tu garde les 2 choix, et que pour toi, le Plan A représente une vie plus agréable pour toi que ton plan B, qui reste une sortie de secours. Me trompe-je ?

Pour ma part, sans hésiter, j'invite quiconque à se mettre au vert si sa situation lui le permet (le faire sérieusement, pas à l'arrache bien sûr). Ne conseilles tu pas la même chose ?

5 Re: province VS villes le Dim 3 Oct - 22:41

Alter Egaux


youyou a écrit:Du coup, je rejoint le message initial, pour ma part, je fais le pari à court terme (1 à 2 ans) de réaliser un plan B qui deviendra mon lieu de vie principal quoi qu'il arrive.
Je me permets juste un HS (Hors sujet), donc pas la peine de rebondir dessus : voici une info qui devrait faire taire quelques "animosités" à ton égard, car en gros, ta stratégie évolue de façon très proche de celle de Ramite. Bravo.

Notes bien : d'ici 1 an, j'aurais peut être changé de stratégie. C'est une des qualités de ma double stratégie : adaptative et révocable.

6 Re: province VS villes le Mar 5 Oct - 4:13

supersasa83

avatar
je pense que les gens reteront en ville le plus possible ,regarez le mexique avec ses enormes bidon ville ,et en inde les gens viennent en ville chercher du travail !

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum