Oléo.Transition

la décroissance comme transition post-pétrole

Mots-clés

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[politique populaire] mouvement écologiste, et élections ( le parfait exemple de "condensation" populaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

~~NéoBio~~

avatar
Gharsallah (2007) distingue trois types d'intelligences :

  • l'intelligence collective originelle, qui consiste à mettre ensemble plusieurs intelligences individuelles. Cela nécessite une proximité spatiale, un contrat social et une architecture - qui peut être polymorphe - entre les individus ;
    l'intelligence pyramidale, qui est apparue avec l'arrivée de l'écriture. Chacun se spécialise. Cette intelligence repose sur la division du travail, sur la division de l'accès à l'information et sur un principe d'autorité (il y a un chef) ;
    l'intelligence en essaim, à l'instar de ce qui se passe chez certains insectes. Les individus n'ont pas une vision d'ensemble, ils ne font pas preuve d'intelligence au niveau individuel, mais le collectif devient intelligent.

Internet pourrait être à l'origine d'une quatrième intelligence avec les possibilités de partage des connaissances, les réseaux horizontaux, l'hypertextualité, l'interactivité et la connectivité permanente.

La question qui se pose aux écologistes qui veulent faire de la politique,
c’est celle du type d’organisation


et cela est dû aussi à l’idéologie propre,
ou à la vision du monde propre de l’écologie,
qui n’est pas exactement celle du mouvement ouvrier. […]



Le mouvement écologiste est dans ces mêmes problématiques depuis 30 ans.
A peu près depuis 1971, c’est à dire le début de l’arrivée de l’idée selon laquelle les écologistes allaient entrer en politique.
En 1974, un coup de force fait qu’un candidat se présente à l’élection présidentielle, René Dumont. Il fait 1,3 % à peu près.
C’est la 1 ière apparition d’un écologiste à la télévision, la 1ière fois qu’un écologiste se présente en tant que tel à une élection,
ce n’est pas un succès, loin de là,
mais cela date pour beaucoup d’écologistes le début, ou l’entrée en politique, en tout cas en élection.



Ensuite il y a les succès, qu’on a oublié aujourd’hui. En 77,
il y a des succès écologistes dans certaines municipalités.
En 78, il y a quelques succès aux législatives.

A l’époque, il y a aussi le fait que le mouvement écologiste ne possède pas de parti politique à proprement parlé et est éclaté en différentes structures associatives ( par exemple les Amis de la Terre de Brice Lalonde) et en mouvements comme le ME (Mouvement Ecologiste) rapidement contré par un autre mouvement puis une coordination inter-mouvement se monte ( dont Isabelle Cabu prendra la tête). […]


L’écologie se nourrit des cultures portées par les militants qui la rejoignent à un moment, convaincue que cette idée porte une vision plus globale que le communisme ou le socialisme. Beaucoup viennent de la CFDT et du PSU. Dans les années 74 quand Michel Rocard part du PSU, il laisse derrière lui un certain nombre de gens. Il existe encore aujourd’hui un petit groupe, un petit parti qui s’appelle maintenant Les Alternatifs (qui s’appelait Alternative Rouge et Verte AREV, et qui était ce qui restait du PSU.) Ils avaient des ateliers, des groupes de réflexion qui développaient des thèses sur différentes thématiques comme "travailler 20h par semaine, c’est possible"...



à travers cet exemple on discerne un mouvement populaire tel qu'il pourrait être très prochainement



Introduction :
les problèmes locaux vont se multiplier:
la baisse des ressources fossiles,
les crises financières,

et par-dessus le pire :
la fin de frontières départementales,
et la fin des taxes professionnelles, (donc des autofinancement locaux)


à la place on nous promet la centralisation pyramidale pour les investissements locaux:
donc moins d'investissement locaux ( l'état va faire des économie),
perte de pouvoir des administrations locales,

résultat : le peuple va commencer à s'organiser localement à la façon des écolos de la première heure

le sujet de ce nouveau fil n'est pas les écologistes, c'est la "condensation politique locale" et l’organisation des mécontents qui ne croient plus aux partis politiques


1) L e changement a déjà commencé :
Ces groupes locaux seront de natures diverses et de couleurs (droite gauche ou mélangés) différente, dans des lieux différents, les problèmes quotidiens, avec les enfants, la scolarité, les anciens, l’insécurité etc. à des degrés variable en fonction de la géographie (et du pays) :
Syndicats,
Café,
Dans les salles d’attentes,
Dans les associations diverses et donc au sein même des partis politiques
Le milieu associatif va se radicaliser autour de discutions et de solutions locales
Et c’est justement à cela que l’on va mesurer l’ampleur du phénomène : le nombre de création d’association et le nombre de membres en augmentation dans celle ci
Partout ou il y a des gens, il y aura des revendications, et des idées pour solutionner les nouveaux problèmes ainsi que des forums de discutions autour des problèmes rencontrés, et leur multiplication inexpliqués
D’ailleurs les forums internet en sont un exemple flagrant, ainsi qu’une partie des réseaux sociaux
Sur facebook il y a des forums créé uniquement pour chercher des solutions locales (échanges de biens, location de biens, solutions alternatives, discutions autour de la scolarité alternative etc
le web en est plein désormais
Il y a 20ans ce n’était pas le cas ! Nous fonctionnions différemment
D’ailleurs Oléo transition a été créé dans le but de réunir ceux qui ont décidé de réagir sans les structures coutumières (partis politiques associations etc) pour nous aider a surveiller les événements, les prédire, choisir une autre façon de faire de la politique, ou de résister, choisir en fonction de nos moyens la façon de survivre aux changement, et celle d’avertir nos proches (n’est il pas ?)



2) Différence entre leaders et connecteurs
2.1 Microleaders et leaders nationaux
cela va cristalliser voir condenser et créer l'émergence de "microleaders" locaux et de "connecteurs locaux"
les premiers sont classiques ils ont toujours émergé de cette façon depuis la nuit des temps ,
ils ont des qualité d'orateurs et de la prestance voir du charisme (rien a dire sur eux pour l'instants)

les seconds sont la grande nouveauté:
de par les progrès actuel en matière de mobilité et de communications
les connecteurs n'ont pas forcement la dialectique ni les qualités d'orateur, ni le charisme nécessaire pour jouer le rôle local de leader
et surtout ils sont persuadé que le schéma traditionnel doit être respecté, cela dit leur idées sont égales à celles des microleaders, voir supérieures
moins imbus de leur personne, plus discret mais plus connectés ils échangent les idées et font circuler l'information


j'ai le pressentiment
que les leaders locaux vont tenter de se fédérer comme de coutume,
Comme le firent les verts pour obtenir un candidat unique (créant les conditions d'une lutte interne : la compétition des meilleur)
Dans les partis les leaders déjà installés se détacheront de leurs hiérarchie pour créer des courants cousins

c'est évidement l'erreur classique: adopter le schéma hiérarchique et être représenté par un chef
ne fait que créer les conditions idéales pour:
une guerre interne d'une part, donc prédominance des rapporte de force (valeurs masculines)
la sélections de revendication non partagées par tous (donc comportant des frustrations)
un désintérêt du peuple qui lui a donné naissance (un comble!!!)
l'impression que le représentant doit agir pour les autres en leur nom, dans leur intérêts (on connait la suite)
ce schéma hiérarchique de parti politique s'intègre obligatoirement dans la vie politique financée par l'oligarchie…
-revenons aux premiers verts :
au niveau des résultats locaux spectaculaires aux municipales
au niveau national : un bide grave!!
Ça illustre un fait : localement nous sommes plus efficaces car proportionnellement plus nombreux
Donc la hiérarchisation n’est pas forcement le meilleur moyen d’obtenir des résultats





2.2 Les connecteurs
je pense qu'il y a toujours eu les connecteurs locaux, leur rôle a toujours été de première importance et nous les connaissons tous,
mais n'ayant pas les propriétés nécessaires pour servir de leader ils sont mis de coté, et ne servent que de faire valoir, ils ont des idées mais pas le soutien des autres, cela tien à pas grand chose , et maintenant les conditions sont réunie pour que cela change , tout seul !

de la même façon de crash course nous prouve que plusieurs facteurs séparés (comportant un risque) semblent converger devant nous
les connecteurs semblent pouvoir jouer un rôle inédit dans le système de prise de contrôle des décisions semi locales et locales par répercussion
par leur faculté d'échanger des idées rapidement , de connaitre les informations avant les autres, il se peut que leur rôle devienne plus important que celui des leader locaux

au moment ou le schémas traditionnel de fédéralisation des différents groupuscules se métra en route, les connecteurs se rencontreront en un réseau global... sans se douter de la force qu'ils représentent !





3) Prédiction :
Les leaders vont lentement mais surement organiser des réunions comparer leur capacités afin de s'organiser en hiérarchie, voter, argumenter, péniblement de leur coté et entameront leur déconnection du peuple

Pendant ce temps les connecteurs vont se retrouver sur les réseaux sociaux qu’ils affectionnent du type pearltrees le web2.0,
collecter des informations, surveiller les médiats, permettre de construire un méga organisme de la façon qu'utilise la nature: donc en étant ultra adaptable, auto-organisés, évolutif, autogéré , sans chefs, sans hierarchie, et ..invisible
ils seront en contact direct avec le peuple et le peuple sera interconnecté par leur truchement d'une part mais aussi en direct pour un certain nombre (créant de nouveaux connecteurs)
les leaders ne pourront pas résister, ceux qui comprendront ne pourront que devenir connecteurs à leur tour, mais dans ce monde organisé horizontalement ils ne seront rien
ceux qui voudront gérer un réseau horizontal ne seront pas entendus par le réseau



conclusion:

je n’en suis pas sur mais :
Je pense que les bases de ce nouveau système horizontal sont en place, et il y a un mot pour cela : L’immanence
Je pense qu’on voit ce réseau tous les jours bien que ce ne soit qu’un bébé
Reste à rencontrer THE crise et la déplétion

et voir ce que cela donne…
NéoBio





textes de references ayant permis l'élaboration de ce "postulat"

1)
L’intelligence collective : un nouvel espace anthropologique


De par sa formation, Pierre Lévy a les compétences requises pour comprendre et analyser les problématiques liées à l’impact des nouvelles technologies sur les systèmes de signes et l’évolution culturelle en général. Elève de Michel Serres à la Sorbonne, formé à la micro-informatique dans les années 80 par le CNAM, il a étudié en France et au Québec des problématiques telles que l’intelligence artificielle, la cybernétique ou encore l’impact cognitif des hypertextes. Au début des années 1990, la création des standards du Web au CERN à Genève (Tim Berners-Lee, 1992) et les débuts de la démocratisation des réseaux numériques rend selon lui la possibilité d’avènement d’une nouvelle société plus réelle.



A ? Cyberespace et intelligence collective
Les réseaux numériques ne sont que le premier stade du cyberespace. En effet, ils ne sont formés que de l’entrelacs de réseaux informatiques, de serveurs et de postes clients ainsi que de la couche logicielle qui les recouvre. Néanmoins leur potentiel d’évolution semble à Pierre Lévy très fort et il entrevoit la constitution rapide d’un cyberespace, caractérisé comme un nouveau milieu de communication, de pensée, de travail et de relations humaines. Le cyberespace dépasse donc la simple définition technique (l’Internet en tant que réseau informatique) mais aussi les limites de l’industrie du multimédia ou du commerce électronique.
Néanmoins une telle évolution n’est pas forcément nécessaire, encore moins évidente. La possibilité d’une " super-télévision " reste tout aussi envisageable. Cela dit, Pierre Lévy justifie la constitution d’un cyberespace humain et social par l’évolution des technologies et l’application de cette évolution aux collectifs humains. En effet, il observe que, dans les trois grands domaines technologiques (matière, vie, information), l’évolution s’est faite dans le même sens :

la suite sur cette page



2) "le peuple des connecteurs" livre consultable en ligne (en partis seulement)

3)
Gharsallah (2007) distingue trois types d'intelligences :

l'intelligence collective originelle, qui consiste à mettre ensemble plusieurs intelligences individuelles. Cela nécessite une proximité spatiale, un contrat social et une architecture - qui peut être polymorphe - entre les individus ;
l'intelligence pyramidale, qui est apparue avec l'arrivée de l'écriture. Chacun se spécialise. Cette intelligence repose sur la division du travail, sur la division de l'accès à l'information et sur un principe d'autorité (il y a un chef) ;
l'intelligence en essaim, à l'instar de ce qui se passe chez certains insectes. Les individus n'ont pas une vision d'ensemble, ils ne font pas preuve d'intelligence au niveau individuel, mais le collectif devient intelligent.
Internet pourrait être à l'origine d'une quatrième intelligence avec les possibilités de partage des connaissances, les réseaux horizontaux, l'hypertextualité, l'interactivité et la connectivité permanente.
la source: est ici


4) explication en vidéo (moi je n'ai rien vu mais on entend bien lol) c'est la 1, il y en a plusieurs (apréciez de quelle façon le reseau exclue automatiquement les anciens systeme de pensée : finkilekraut s'excue de lui même un vrai déni de l'évidence)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum