Oléo.Transition

la décroissance comme transition post-pétrole

Mots-clés

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Gerald Celente "futurologue"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Gerald Celente "futurologue" le Jeu 9 Sep - 5:30

~~NéoBio~~

avatar

Gerald Celente, né le 29 novembre 1946, est un futurologue et auteur américain, fondateur et directeur du Trends Research Institute, créé en 1980. il a prédit le krach boursier de 1987 et la chute de l'union soviétique. Il a également prédit la crise financière de 2008.
Celente affirme que l'économie américaine devrait totalement s'écrouler d'ici 2014 dû aux impacts de la crise bancaire de 2008. Il prévoit que le taux chomâge de la ville de New-York devrait être semblable à celui de la ville de Mexico. Il affirme que les États-unis sont à la veille d'une nouvelle révolution
.



Dernière édition par ~~NéoBio~~ le Jeu 9 Sep - 5:41, édité 1 fois

2 Re: Gerald Celente "futurologue" le Jeu 9 Sep - 5:38

~~NéoBio~~

avatar
forum :


http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php?topic=4848.0

3 Re: Gerald Celente "futurologue" le Jeu 9 Sep - 5:47

~~NéoBio~~

avatar
Cet homme qui a prédit le krach boursier de 1987
de même que la chute de l'Union Soviétique prévoit maintenant que surviendra une révolution aux États-Unis
de même que des émeutes de la faim et des rébellions contre les impôts.
Le tout, d’ici 4 ans et il souligne que d’ici 2012,
avoir de la nourriture sur la table sera une préoccupation beaucoup plus important que l'achat de cadeaux de Noël.
_ ___________ _ ____________ _


Gérald Celente, le PDG du « Trends Research Institute, » est renommé pour l’exactitude de ses prévisions concernant l'avenir du monde et des événements économiques.
Des prévisions à vous glacer le sang si l’on en croit ce qu’il a dit cette semaine sur le réseau de télévision étasunienne « Fox News. »

Gérald Celente a déclaré que les États-Unis deviendront d’ici 2012 une nation sous-développée,
qu'il y aura une révolution qui se traduira par des émeutes de la faim, des rébellions de squatters,
des révoltes contre les impôts et des manifestations pour l'emploi, en ajoutant aussi que la période des fêtes consistera dorénavant à se pourvoir de nourriture plutôt que de cadeaux.

« Nous allons voir la fin de la fête commerciale de Noël .... nous allons voir se produire un changement fondamental ....
avoir de la nourriture sur la table sera plus important que d’avoir des cadeaux sous l'arbre de Noël, » a déclaré Celente , en ajoutant que la situation serait « pire que la Grande Dépression. »

« Les États-Unis passeront par une période de transition, une période à travers laquelle personne n’est préparée, » a déclaré Celente, en soulignant que
les gens qui refusent de croire que les États-Unis sont présentement en récession, donne l’étendue de la a mesure qui permet de voir jusqu’à quel point ils ne sont pas prêts à affronter l’ampleur véritable de la cirse.

Gérald Celente, qui avait prédit la crise monétaire asiatique de 1997 de même que l'effondrement des prêts hypothécaires de catégorie « subprime » ainsi que l’importante dévaluation du dollar US,
a déclaré en novembre 2007 à United Press International que l'année 2008 passerait à la postérité sous le nom de « La Panique de 2008, » en ajoutant que des « géants tomberaient raide mort, »
ce qui est exactement ce à quoi nous avons assisté avec l'effondrement de Lehman Brothers, Bear Stearns et d'autres.

Il avait alors également déclaré que le dollar se dévaluerait à près de 90 pourcent.

Ce qui s’est produit cette année engendrera une diminution du niveau de vie, prédisait l’an dernier Gérald Celente, une réalité également corroborée par la chute des ventes au détail.

La perspective de la révolution est un concept qui était repris dans un rapport publié l’an dernier par le ministère britannique de la Défense et dans lequel ont prédisait que d'ici 30 ans,
l'écart croissant entre les très riches et la classe moyenne, jumelé à une sous-classe urbaine menaçant l'ordre social, pourrait signifier que
« Les classes moyennes du monde pourraient s’unir en utilisant l’accès aux connaissances aux ressources et les compétences nécessaires pour façonner les processus transnationaux dans
l’intérêt de leur propre classe, » et que, « Les classes moyennes pourraient devenir une classe révolutionnaire. »

Dans une autre entrevue qu’il a récemment donnée, Gérald Celente en a dit un peu plus à propos de la révolution aux États-Unis.

« Il y aura une révolution dans ce pays. Cela ne se produira pas demain matin, mais ça arrivera et nous allons voir un troisième parti [politique se former] et [les événement qui vont se produire] en
auront été le catalyseur [en parlant ici de] la ‘‘main mise’’ par Wall Sttreet sur Washington, au su et au vu et en plein jour, sans coup d'État et sans effusion de sang.
Et cela se produira alors que les conditions continueront de s'aggraver, » a-t-il dit.

« La première chose à faire est de s’organisez autour des révoltes contre les impôts.
Ce sera le catalyseur car les gens ne peuvent plus payer pour les taxes scolaires, les taxes foncières et toutes les autres formes d’impôt.
Vous allez voir ce genre de protestations commencer à se développer. »

« Ce sera terrible, déplorable. Et il y aura beaucoup de sans-abri, des gens tels que nous et plus que nous n’en aurons jamais vu auparavant.
Il y en a déjà beaucoup dans une trentaine de villes dans le pays et nous allons en voir beaucoup plus. »

« Nous allons commencer à voir de grandes régions où les maisons à vendre seront occupées par des squatters.
Ce sera une situation que les états-uniens n’avaient jamais vue et il y aura un comme un grand choc et, suite à ce choc, il y aura beaucoup de criminalité.
Et la criminalité sera bien pire qu'elle ne le fut au cours de la Dépression de 1929, car la population n’était pas contaminée par les médicaments modernes, par ces drogues, ou par
le crystal meth et autre chose. Par conséquent, vous vous retrouvez avec une grande proportion de la population désespérée ayant l’esprit chimiquement survolté au-delà de toute compréhension humaine. »

Traduction libre de Dany Quirion pour Alter Info

Article original anglais: http://www.prisonplanet.com/celente-predicts-revolution-food-riots-tax-rebellions-by-2012.html

4 Re: Gerald Celente "futurologue" le Jeu 9 Sep - 5:59

~~NéoBio~~

avatar



La bulle des renflouements





_ ____ _ ____ _



PHOTO: ARCHIVES AFP
<TR>
Adrien Pouliot
En 2015, un tiers des revenus du gouvernement fédéral américain servira à payer les intérêts sur la dette.




Dans le documentaire Surdose: la prochaine crise financière, Gerald Celente, qu'on qualifie de Nostradamus moderne pour avoir correctement prédit la débâcle boursière de 1987, l'effondrement de l'URSS de 1991, la crise des devises asiatiques en 1997 et la crise du «sub-prime», a déjà baptisé de «bulle des renflouements» la prochaine crise qui sera, selon lui, la crise de toutes les crises. Le film a remporté le prix prestigieux de Meilleur documentaire long métrage au Frozen Film Festival de San Francisco.

Le documentaire tente de prévoir la prochaine crise en s'inspirant de l'histoire récente. Il analyse d'abord la période 2001-2007. Pour renflouer l'économie à la suite de l'éclatement de la bulle technologique et de l'attaque du 11 septembre, le gouvernement décide d'agir de façon énergique. La Réserve fédérale abaisse les taux d'intérêt de 6,5% à 1% et le président Georges W. Bush encourage l'achat de résidences par des emprunteurs n'ayant pas les moyens de le faire. Le prix des maisons s'enflamme, le marché des «sub-prime» explose, de nouveaux instruments financiers alimentent le feu. Mais une fois les taux d'intérêt revenus à la normale en 2006, la bulle immobilière créée par la Réserve fédérale et Bush éclate. Le prix des actifs immobiliers s'effondre, Leehman Brothers déclare banqueroute, suivi le lendemain d'AIG. Les banques ne savent plus quelle sera la prochaine banque à faire faillite et cessent de prêter. Le système financier américain fige.
Pour renflouer le système, le gouvernement fédéral décide d'agir de façon énergique en gonflant une nouvelle bulle. Le président Bush annonce le sauvetage des banques au coût de 700 milliards de dollars. La Réserve fédérale achète toutes sortes d'actifs des banques pour désengorger le système bancaire. Mais les objectifs du sauvetage ne sont pas clairs et les critères pour décider quelles banques recevraient l'argent non plus, pas plus que les règles quant à l'utilisation des fonds avancés.
En 2008, la crise infecte toute l'économie. Le nouveau président Obama décide d'agir de façon énergique en gonflant une autre bulle. La Réserve fédérale abaisse à nouveau les taux d'intérêt, cette fois-ci au plus bas niveau jamais vu. En février 2009, M. Obama annonce un renflouement de 787 milliards pour sauver l'économie. Plusieurs autres pays implantent leur propre plan. Une orgie de dépenses gouvernementales s'ensuit dans toute la planète. C'est la bulle des renflouements.

Pendant sa présidence, M. Bush aura augmenté la dette des États-Unis presque autant que tous les présidents avant lui réunis, et M. Obama l'aura fait presque autant que tous les présidents avant lui, incluant M. Bush. La dette brute américaine se chiffre aujourd'hui à 13 500 milliards et augmente de 4,14 milliards chaque jour. D'ici la fin de 2012, elle égalera 100?% du produit national brut. Une augmentation de 1% des taux d'intérêt augmenterait le coût du service de la dette de 100 milliards par année.
En 2015, un tiers des revenus du gouvernement fédéral servira à payer les intérêts sur la dette. La perte de confiance des prêteurs étrangers envers le gouvernement américain (ce qui pourrait être évité grâce à un plan crédible de réduction du déficit et de la dette) constituerait un événement déclencheur de l'éclatement de la bulle des renflouements. Le documentaire avance qu'on pourrait alors s'attendre à une hausse des taux d'intérêt, ce qui attiserait le déficit budgétaire et causerait une augmentation de l'inflation, une baisse de la valeur du dollar américain et une récession qui pourrait être pire que celle qu'on vient de vivre. L'État fédéral américain, surendetté, ne pourrait plus abaisser les taux d'intérêt, déjà à près de 0%, ou emprunter pour s'en sortir.
Quelle nation viendrait alors en aide aux États-Unis, et au prix de quels sacrifices pour les Américains?


Publié le 09 septembre 2010 à 06h00 | Mis à jour à 06h00 sur cyberpresse.ca

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum