Oléo.Transition

la décroissance comme transition post-pétrole

Mots-clés

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

déclin de la production vs. déclin des exportations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Invité


Invité
Bien que le débat se développe autour du moment où la production mondiale de pétrole
commence à baisser de façon permanente, pour les pays ou les régions où la production de
pétrole est nulle ou très faible, la quantité de pétrole disponible sur les marchés
internationaux est une question beaucoup plus pertinente.

En effet, ce qui posera problème pour nous, pays importateurs, c'est le déclin des exportations.

L'analyse a déjà été faite au niveau "pays". Lorsqu'un pays dépasse son pic, la règle est
toujours la même: le déclin des exportations est beaucoup plus rapide que le déclin
de la production.

Deux exemples typiques:

En 1999, la Grande-Bretagne atteignait son pic de production. Cette année-là, elle
exportait 40% de sa production. Six ans plus tard, sa production a décliné de 40%, et
ses exportations ont chuté de 100%.

En 1998, l’Indonésie exportait 40% de sa production. Six ans plus tard, sa production
a décliné de 20%, soit une baisse deux fois moins forte que celle de la Grande-
Bretagne en le même nombre d’années. Pourtant, ses exportations ont chuté de 100%.

En appliquant le cas extrême de l'Indonésie au niveau mondial, et en prenant un déclin
de la production mondiale de 4% par an, cela signifierait que les exportations mondiales
tomberaient à zéro en 5 ans, provoquant le chaos bien avant d'arriver à zéro.

Tout ça est théorique bien sûr, c'est simplement pour montrer qu'on est bien loin des 25 ans
que l'on calculerait en tenant compte du déclin de la production...

Alter Egaux


D'accord avec toi. En fait, concernant la production disponible sur le marché (cas de la France qui ne produit pas), je pense que nous allons entrer
- en zone de turbulence pour la décennie 2010-2020,
- et une période catastrophique pour la décennie 2020-2030.

C'est bien pour cela que j'ai conçu en 2 phases ma stratégie : pouvoir totalement me séparer de mon unique voiture sans pour autant avoir des problèmes pour aller à l'école gratuite (pour mon enfant), faire mes courses, aller à mon amap, sortir du gaz pour cuisson et chauffage, aller à mon travail (ma femme compris). Et au cas où il y est rupture, aller sur mon plan B, ponctuellement et durablement s'il y a lieu (bouteille de gaz pour cuison, four à pain bois, cuisinière bois, .

Je pense donc que le point de rupture est :
- soit le prix du baril, comme le record à 147 $, rendant insupportable le transport routier et le chauffage gaz et fuel,
- soit sur une rupture d'approvisionnement, cas catastrophique s'il perdure : 2 semaines plus tard, plus rien à vendre comme nourriture dans les supermarchés et marchés, hors amap et productions locales.

Il faut savoir que les Etats, en cas de pénurie, peuvent s'entendre sur un prix fixe du baril pour maintenir à flot ce qui restera de l'économie, en "super nationalisant" toutes les réserves. Le pétrole étant stratégique, je ne donne pas cher de la survie d'une entreprise privée qui se fait son beurre sur le pétrole. On rentre alors dans une économie de rationnement, avec quota imposé. Une économie de guerre, quoi...

Il est bien évident que les fleurs bleues qui ont acheté un pavillon à prix d'or très long de leur job seront ruiné et licencié.
En fait, il faut pour comprendre ce qu'il va se passer mettre le prix du baril à 300 $ et regarder si sa gestion de bon "père de famille" tient la route, pour son chauffage, sa nourriture, son alimentation, son transport.

Mais en tirer une date qui donnera le point de rupture est hasardeux. Je pense que le social craquera avant, bien avant une rupture d'approvisionnement pour un pays comme la France. A moins d'une guerre Iran...

Invité


Invité
Dans un autre message, tu as écrit:

Je pense qu'il va se passer quelque chose d'important d'ici mi novembre. Un point de basculement. Le genre de truc qui nous fait revoir notre avis sur la question.

A quoi pensais-tu? ça a un rapport avec le point de rupture que tu mentionnes ci-dessus?

Alter Egaux


ppatrick a écrit:A quoi pensais-tu?
D'après les infos que j'ai, c'est aux Usa : crise systémique, d'origine économique, je pense. Soit un problème sur le dollar, sur le pétro dollar, sur un ou plusieurs états, un crash de la bourse US, un déclassement de la note des USA, etc...
Il va falloir suivre de prêt les actualités sur les blogs comme Jorion et autres. Il y a même des articles mass médias comme quoi la bourse s'attend déjà au pire. Sachant qu'ils savaient pour le 911 au vue des spéculations sur les compagnies aériennes du crash, c'est un thermomètre.

On parle peut être de villes vidées

Invité


Invité
Comme tu l'écris, pour les dates, on est dans le brouillard.

As-tu eu connaissance de cet article :

http://petrole.blog.lemonde.fr/2010/03/23/washington-envisage-un-declin-de-la-production-de-petrole-mondiale-a-partir-de-2011/

et de ce graphique (sortie du plateau et début du plongeon en 2012) :



Selon ce graphique:

2015 : demande 90Mb/j - offre 80Mb/j
2020 : demande 95Mb/j - offre 65Mb/j

Déjà comme ça, ça fait peur pour 2020. Mais si on enlève la plus grosse partie du rouge et du
bleu en bas du graphique, parce que cette partie "produite" n'est plus exportée, eh bien, il
ne reste plus grand-chose pour nous...

pragma tic


Bonjour,

La mi-novembre, ça doit coïncider avec des élections américaines de mi-mandat, si je ne me trompe.
Or, les élections, ça a beaucoup de rapport avec l'économie.
Vous l'ignorez ? Vous ne savez pas qu'en France, un président est en train de mettre en oeuvre un "grand emprunt", dont le seul effet certain est qu'il accroit nettement l'endettement du pays, avec pour seul objectif que les effets bénéfiques optimum soient perceptibles à fin 2011 début 2012 ?
Après eux, le déluge.

Mais bon, ça ou autre chose ... Il est un fait que les US sont dans un état lamentable, si vous disposez d'un peu de bon sens, la seule élection d'un noir à leur tête suffisait à le démontrer.
J'essaie d'en rendre compte le mieux possible sur le fil dédié dans "surveillance"...

Invité


Invité
Tous les graphiques que j'ai pu trouver ont été élaborés à partir du déclin de la production.

Quelqu'un a-t-il connaissance d'un graphique basé sur la diminution des exportations?

patoche


Il va falloir suivre de prêt les actualités sur les blogs comme Jorion et autres. Il y a même des articles mass médias comme quoi la bourse s'attend déjà au pire. Sachant qu'ils savaient pour le 911 au vue des spéculations sur les compagnies aériennes du crash, c'est un thermomètre.

On parle peut être de villes vidées

Shocked
ca serait possible d'avoir un lien vers ces articles ?
ca m'interesse

Alter Egaux


patoche a écrit:ca serait possible d'avoir un lien vers ces articles ?
Pour la bourse, il y a des trucs comme cela qui sortent : http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=a4fc373f0aff66f4f30c2c27ccbac3ec
En gros, Wall Street s'attend à plonger, fenêtre de tir sept oct nov 2010. La main invisible du marché sera peut être là pour annuler une fois de plus les transactions.

Galipette


Très bon rappel, le déclin ne va pas être de 4%(?) pour tout le monde. Ce sera beaucoup plus soft pour les pays producteurs (s'ils ne sont pas envahis), et beaucoup plus rapide pour nous!!!
Ca remet bien les points sur les i au niveau de l'échéance!!! affraid

Alter Egaux


En gros, 2012, c'est déjà trop tard pour une élection... Laughing

supersasa83

avatar
et bien je pense que les pays producteurs continueront de nous livrer parce qu ils n ont que ça ,par exemple l arabie saoudite mange grâce a sont pétrole et les pays futur gros consommateurs comme la chine vivent de notre consommation si nous ne consommons plus ils ne consomment plus
bien sur les prix flamberont et il n y en aura pas pour tous d ou une économie de guerre avec rationnement

patoche


trouvé (merci à mouton sauvage !)

la décroissance des exportations nettes est bien plus importante que la décroissance de la production car les pays producteurs voient décroitre leur production et en même temps croitre leur consommation intérieure, ce qui provoque une baisse bi-exponentielle de leurs exportations.
Comme on le voit sur ce graphe, un pays qui produit 2, consomme 1 et donc exporte 1, avec un déclin de 5% et une augmentation de consommation de 2.5%, les exportations deviennent impossibles après 9 ans.

Invité


Invité
bien sur les prix flamberont et il n y en aura pas pour tous d ou une économie de guerre avec rationnement

geispe, sur son excellent site "Sommes-nous prêts?", dont beaucoup connaissent et fréquentent le forum, réfute le scénario du rationnement


pourquoi plus de pétrole du tout et pas "un peu de pétrole encore longtemps" ?

Il faut tenir compte de deux choses :

- les quantités de pétrole disponibles sont limitées, les réserves s’amenuisent et le pétrole restant est de plus en plus difficile et coûteux à extraire… de nombreuses nations sont sur les rangs, dont des pays dont la croissance explose comme la Chine (1,3milliards d’habitants)– d’autres pays n’en sont pas loin et comportent aussi une nombreuse population (1 milliard pour l’Inde) et enfin le plus gros consommateur actuel que sont les USA et qui ont bien fait comprendre qu’il n’était pas question pour eux de réduire le train de vie. Il faut donc envisager que les pays qui ont les moyens de payer un pétrole cher, ou des pays forts ou menaçants (l’Irak est une guerre pour le pétrole), vont accaparer le pétrole encore disponible. Et je ne suis pas sûr qu’il en restera pour les autres, notamment pour ceux qui n’ont pas d’argent ou qui n’ont pas envie de se battre. C’est déjà le cas aujourd’hui pour certaines populations d’Afrique. Il serait étonnant qu’un arbitrage parvienne à répartir le pétrole de façon équitable dès lors que sa disponibilité représentera une question de vie ou de mort de l’économie d’un pays. La demande planétaire est telle qu’il sera rapidement impossible de la satisfaire…

- ensuite, pour nous, " un peu de pétrole " signifierait par exemple des tickets de rationnement. Alors il faut répondre à la question de combien et pour qui.. et pour combien de temps ? et quoi ensuite ? Quelles sont les activités que nous allons supprimer et réduire en premier s’il n’y a plus assez de pétrole ? On peut commencer par interdire la circulation des automobiles le we ou pour des déplacements non indispensables…Mais si l’on touche à l’un des maillons de l’économie… le système entier tombe en panne. Si le tourisme s’arrête, par exemple, suivi des loisirs et des événements sportifs… tout les métiers directement ou indirectement concernés seront affectés : les restaurateurs, les producteurs qui les fournissent, les agriculteurs qui approvisionnent ces derniers, les artistes, etc… les taxes de l’Etat (essence) les vendeurs de voitures et leurs usines, etc… C’est un peu comme si une grande entreprise ferme : tous les sous-traitants qui en sont dépendants la suivent…

http://apres.petrole.online.fr/p2.php



Nous réfléchissons volontairement au cas extrême, c'est à dire après un bref épisode de flambée des prix, puis de lacunes dans les approvisionnements, une absence totale et définitive de pétrole. Pourquoi ? nous trouvons que ce scénario est le plus probable car nous ne croyons pas à de la demi-mesure en matière d'approvisionnements pétroliers : si le pétrole vient à manquer ce sera au niveau planétaire. Chaque pays va alors essayer de tirer la couverture à soi et cela aura pour résultat que le plus fort aura probablement recours à la force (et ce n'est pas nous les plus forts) : ce qui n'a pas de sens car le sursis pour lui, sera de courte durée… mais a-t-on déjà vu un drogué devenir raisonnable en cas de manque ?

Par ailleurs nous avons du mal à imaginer que le fonctionnement de notre société actuelle puisse subsister au moyen d'un pétrole rationné, c'est à dire un camion citerne par-ci, par-là, s'il arrive à destination sans encombres… car un convoi de pétrole sera probablement pris d'assaut ou détourné, quelque part au cours de sa longue route, depuis le lieu de production. Et il ne faut pas oublier que la société moderne est un système très complexe où tout est lié, et qui ne tient que s'il y a de la croissance : si un organe flanche, ou que la pression baisse, c'est la syncope.

http://apres.petrole.online.fr/p5.php



Alter Egaux


Il y a un scénario possible :
- annonce de la déplétion officielle (tous les journaux, tous les médias),
- panique boursière contenue : mise sous tutelle par la "main invisible" du marché,
- prix fixé du baril par le communauté internationale, et nationalisation de toutes les entreprises privées de production d'énergie,
- nationalisation des stocks privés,
- rationnement et quotas, avec échange possible de quotas (les décroissants sont à l'avantage),
- réforme agraire pour éviter les pénuries alimentaires,

Je remarque que
- le prix du baril est actuellement déjà capé depuis janv 2009, et satisfaisant pays producteurs et pays consommateurs,
- la main invisible intervient régulièrement pour stopper tout journée boursière de type crash (voire les anomalies détectées par Paul Jorion à Wall Street),
- l'idée de rationnement et ou de taxe carbone avance dans le débat, malgré l'opposition acharnée des néolibéraux,
- l'émergence de milieux mixe urbain-paysan qui cultive sur des terrains vagues.

Bref, attention à ne pas trop perdre de temps sur la surveillance du prix du baril, le prix ne bougera plus qu'en cas de :
- effondrement du dollar,
- clash en Iran et mise en danger des autoroutes du pétrole,
- dislocation des USA.



Dernière édition par Alter Egaux le Jeu 16 Sep - 8:52, édité 2 fois

supersasa83

avatar
je pense que le rationnement viendra après une grosse montée du baril et un effondrement de l économie mondiale les pays qui pourront encore en avoir seront ceux qui ont quelque chose a offrir au pays producteur

Invité


Invité
supersasa83 a écrit:les pays qui pourront encore en avoir seront ceux qui ont quelque chose a offrir au pays producteur

ou ceux qui se serviront par la force?

supersasa83

avatar
oui mais la guerre consomme beaucoup de pétrole et lorsque le prix era trop for pour l argent la guerre ne sera pas forcement la solution

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum